AccueilPortailRechercherS'enregistrerMembresGroupesFAQConnexion

Partagez | 
 

 Basket

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Titoum
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11473
Age : 51
Localisation : Martigues
Votre Equipe Préférée : Marseille , Martigues , Port De Bouc
Loisirs / Emploi : Football Véterans , Vtt , Informatique , Pétanque ,Coordinateur , Dispatcheur
Date d'inscription : 20/05/2006

MessageSujet: Basket   Jeu 17 Mai - 1:15

Parlons Du Basket Ici




  • Pro A
  • Pro B
  • NBA
  • Championnats Européens
  • Euroligue
  • Coupe ULEB
  • Championnats du Monde
  • Euro

_________________

Besoins De Vidéo , Aides Sur Le Streaming , Mise a Jour Des Matchs Live Contactez Moi
Titoum13


Dernière édition par le Mer 20 Juin - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://football-video-live.bb-fr.com
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Jeu 17 Mai - 2:20




Basketball Pro A


Roanne et Chalon en force


Roanne et Chalon, vainqueurs à l'extérieur, à Cholet et au Mans lors des matches aller mardi, abordent en position de force les quarts de finale retour de ProA. Villeurbanne et Gravelines, qui l'ont emporté dans leur salle mardi, devront eux s'imposer à l'extérieur.

CHALON-SUR-SAONE - LE MANS
Battu à l'aller (73-62) dans sa salle, Le Mans perdra son titre conquis en 2006 en cas de nouvelle défaite, jeudi ou même samedi. Pour espérer inverser la tendance, les Manceaux devront notamment retrouver leurs repères sur le plan offensif. Comme en 2006, où ils avaient perdu la première manche (à Bourg-en-Bresse) avant de se hisser en demi-finale. "On a livré un match de haut niveau pour s'imposer mardi, mais il faudra qu'on en fournisse un autre chez nous car désormais Le Mans n'a plus rien à perdre", a prévenu Gregor Beugnot, l'entraîneur de Chalon.
ROANNE - CHOLET
Un succès suffit à la Chorale de Roanne, victorieuse à Cholet (68-60) mardi, pour accéder aux demi-finales, cinq ans à peine après le retour parmi l'élite. Corseté par les Choletais à l'aller, le trio Spencer - Harper - Salyers, auteur de "seulement" 47 points, devra trouver des solutions pour entraîner la Chorale vers le dernier carré. "A la maison, on a une grande confiance ( 16 victoires sur 17 matches cette saison) et maintenant la pression est sur eux", a déclaré Dee Spencer. En cas de défaite de Cholet, il s'agira de la dernière rencontre officielle de l'ex-international tricolore Jim Bilba, qui a annoncé son départ à la retraite à la fin de la saison.
STRASBOURG - ASVEL
Facile vainqueur mardi dans sa salle (90-74), l'ASVEL semble taillé pour poser de gros problèmes aux Strasbourgeois, qui devront prouver qu'ils ont "de l'amour propre et de la fierté", a prévenu l'entraîneur alsacien Eric Girard. Malgré sa réussite, l'entraîneur villeurbannais Yves Baratet invite les siens à la prudence avant le match retour. "Strasbourg nous a fait beaucoup de mal cette saison, alors ne nous enflammons pas. Sachons préparer un autre match, avec d'autres enjeux et un autre public", a-t-il commenté sur le site internet du club. Une sage position alors que la SIG a remporté ses deux matches de la saison régulière face à l'ASVEL (+11 et +8).
NANCY - GRAVELINES
Premier de la saison régulière, Nancy est passé au travers du match aller, perdu (77-79) mardi à Gravelines. "On n'a pas été présents au rebond. A nous de nous remettre en cause", a tonné le pivot international Cyril Julian. Circonstance aggravante: les Nancéiens ont perdu sur blessure John Linehan, de nouveau touché au tendon rotulien du genou gauche et indisponible pour plusieurs mois. Le meneur au passeport dominicain Ricky Soliver, absent mardi, est lui incertain. Outre la victoire, Gravelines a eu la bonne surprise de voir briller sa toute nouvelle recrue, le meneur américain Bobby Dixon, auteur de 26 points et 4 rebonds dans le Nord.
NANCY (1) - GRAVELINES (8)
Gravelines mène la série 1 à 0
ROANNE (2) - CHOLET (7)
Roanne mène la série 1 à 0
CHALON-SUR-SAONE (3) - LE MANS (6)
Chalon-sur-Saône mène la série 1 à 0
STRASBOURG (4) - VILLEURBANNE (5)
Villeurbanne mène la série 1 à 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Jeu 17 Mai - 15:59

Basket - NBA - San Antonio prend une option



Phoenix - San Antonio : 85-88 San Antonio mène la série par 3-2.

San Antonio a su refaire l'écart de 11 points qui le séparait de Phoenix à la mi-temps (33-44), pour finalement remporter la partie au terme d'un final époustouflant. Une rencontre permettant aux partenaires de Tony Parker (11 points, 5 passes) de lorgner de manière un peu plus appuyée vers la finale de la Conference, aves un possible duel face au Jazz, déjà qualifié. Avec "seulement" 9 points affichés au compteur, Boris Bowen reste néanmoins l'homme du match. Auteur d'un panier décisif à 3 points à 36"4 de la fin de la rencontre, l'arrière des Spurs a permis aux siens de prendre l'avantage une deuxième fois dans la partie (11-10 après 6 minutes de jeu, puis 84-81), pour ne plus jamais le perdre. Si Manu Ginobili ou encore Tim Duncan se sont montrés discrets en première mi-temps, ces mêmes acteurs ont contribué à la remontée spectaculaire des Texans dans la deuxième moitié du match. "Gino" a marqué 15 de ses 26 points dans le dernier quart-temps, et Duncan, exceptionnel en défense (10 rebonds défensifs, 21 points), a contré un tir à 3 points de Nash à 10 secondes du terme de la rencontre, shoot qui aurait pu permettre aux Suns d'égaliser. Visiblement gênés par les absences de Stoudemire et Diaw (suspendus) Shawn Marion (24 points, 17 rebonds) et les siens seront privés de l'avantage du terrain vendredi, et se rendront au Texas avec pour objectif de rester dans la course, et une statistique en tête : les Spurs n'ont jamais remporté une série après s'être retrouvés à égalité 2-2 avec leur adversaire.



Cleveland Cavaliers - New-Jersey Nets : 72-83 Cleveland mène la série par 3-2.

Grâce à sa victoire sur les Cavs, New-Jersey revient à 3-2, et reste en course pour une qualification en finale. Bénéficiant de l'avantage du terrain vendredi pour le match 6 de la série, les partenaires de Jason Kidd (20 points, 9 rebonds, 6 passes) entameront la rencontre en pleine confiance : «Nous sommes un club d'expérience, et nous avons vécu de genre de situation avant. Tout le monde en est conscient, et nous avons une vraie carte à jouer vendredi. Aujourd'hui, nous avons bien joué, pas aussi bien que nous l'aurions voulu dans le dernier quart-temps, mais suffisament pour l'emporter» a déclaré le meilleur marqueur des Nets à l'issue de la rencontre. Côté Cavs, LeBron James s'est montré le plus performant en terme de points (20 points), mais également en terme de maladresse ! Le marqueur vedette de Cleveland s'est en effet privé des 56 dernières secondes du match après s'être lui-même blessé de rage sur son banc. En cause : une perte de balle sur Kidd... Vendredi, Cleveland aura une nouvelle chance de se propulser vers la finale, un stade de la compétition qu'il n'a pas atteint depuis 1992.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Ven 18 Mai - 15:40

Basket - Pro A - Chalon et Gravelines sous pression



Le champion de France de Pro A n'est pas mort. En arrachant une victoire ô combien importante sur le parquet de Chalon (78-85) lors des quarts de finale retour du championnat, Le Mans a fait mieux qu'égaliser : la troupe de Vincent Collet s'est octroyée un droit supplémentaire d'aller défendre son titre une nouvelle fois dans les travées du Colisée. Samedi à 18h30, c'est dans une ambiance donc surchauffée que les deux équipes vont en découdre.

La victoire mancelle, rocambolesque à souhait (ces derniers l'ont emporté en signant un 29-11 dans le quatrième quart-temps), a laissé des traces. «De toute façon, il fallait s'attendre à ce que le champion en titre n'arrive pas en équipe résignée», concède Grégory Beugnot, le guide des Chalonnais. Malgré l'avantage du terrain, ses hommes devront se préparer à une chaude visite de la part des Sarthois.

Chalon n'est pas la seule équipe à devoir rempiler pour un tour en quart de finale. Gravelines, défait à Nancy (89-66), a également vu sa qualification pour les demi-finales de Pro A fortement compromise. Les Lorrains ont effacé la piètre prestation alignée sur le parquet du Sportica mardi et ont démontré à qui voulait encore le contester qu'au Palais des Sports Jean Weille, les patrons, ce sont eux. «Nancy n'a perdu que deux fois dans sa salle. Espérons que cela sera jamais deux sans trois», confie l'entraîneur gravelinois Frédéric Sarre.

Pour cela, il faudra corriger un un shoot déficient (22/69 à deux pts et 6/26 à trois pts) pour renverser la tendance. Nancy, plus que jamais concerné par une place en Coupe ULEB et désireux de s'inviter dans le dernier carré, comptera sur la réussite de Cédric Banks, virevoltant face aux Gravelinois (22 pts, 4 rbds et 5 pd).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Dim 20 Mai - 0:09

Basket - Pro A - Les réactions


Vincent Collet (entraîneur du Mans) : «On a tellement mal abordé le match qu'il n'y avait rien à espérer. On est bien revenu à -12 à la mi-temps, mais c'était pour mieux retomber dans nos travers au début de la deuxième période, où leur 9-0 nous a définitivment coulés. Face à leur défense très serrée à l'intérieur, on n'a pas su mettre les paniers extérieurs qui auraient pu nous soulager. Quant aux 11 fautes provoquées par Chalon dans le premier quart-temps, je préfère ne pas les commenter, la saison est finie, j'aurais tort de dire des bêtises.»



Greg Beugnot (entraîneur de Chalon) : «Par rapport à notre deuxième match, où deux individualités (Everett et Diarra) avaient tiré l'équipe, on a retrouvé notre collectif. C'est cette rentabilité collective qui a fait la différence, avec notre grosse défense qui nous a permis de trouver le bon rythme en attaque. Ce qui est très positif pour le championnat, c'est qu'il y aura une des deux équipes surprises de la saison en finale (Chalon ou Roanne qui se rencontrent en demies). Ces deux équipes ont produit un basket différent tout au long de la saison et cela crédibilise leur travail.» (AFP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Lun 21 Mai - 15:37

Basket - NBA - San Antonio part fort



San Antonio Spurs - Utah Jazz : 108-100

San Antonio mène 1-0 dans la série

Les Spurs ont attaqué par le bon bout la finale de Conférence Ouest en remportant le match n°1 avec la possiblité de pousser leur avantage dès mardi soir, toujours dans le cadre de l'AT&T Center. Le Jazz reste désormais sur une série de 17 défaites consécutives à San Antonio ! Mais les Texans ont davantage souffert que prévu. Dans un duel axé sur la défense, les Spurs ont tout de même mis beaucoup de rythme sous l'impulsion de leur trident magique Tony Parker (21 pts, 8/15 aux tirs, 6 pds) - Tim Duncan (27 pts, 10 rbds, 5 pds) - Manu Ginobili (23 pts, 10 pds). «On ne les appelle par le "Big 3" sans raison, explique, admiratif, leur coéquipier Michael Finley. Quand il se trouvent comme ça en attaque et produisent de telles statistiques, nous nous extrêmement difficiles à battre

En face, le meneur Deron Williams (34 pts, 7 rbds, 9 pds) a plus que tenu le choc face à "TP" alors que l'intérieur All Star Carlos Boozer (photo Reuters, à gauche de Duncan), malgré ses 20 points et 12 rebonds, a évolué un ton en dessous par rapport à ses dernières sorties - notamment dans les deux premiers quarts-temps. Après une entame poussive (0-7), la machine texane s'est très rapidement mise en route pour dérouler son jeu chirurgical et repasser devant au terme de la premières période (23-20). Les Spurs ont ensuite mis en sourdine les intentions d'un Jazz lors d'un deuxième quart-temps mené de main de maître (30-16) avec un Parker intenable et un Ginobili irrésistible en sortie de banc. A +18 à la pause (54-36), la messe était quasiment dite. «Lors du deuxième match, ils seront prêts. La façon dont ils ont joué en deuxième mi-temps, c'est ce qu'ils feront durant tout le reste de la série. Nous devons être surs que nous pourrons les contrer», prévient cependant Parker.

Effectivement : en retard au tableau d'affichage et dépassé par le rythme imprimé par les Spurs, Utah a sonné la révolte lors d'un troisième quart-temps remporté de justesse (26-24). Et le matelas d'avance des Spurs a commencé à fondre, lentement (80-62, 38e) mais sûrement (95-87e, 45e), ne descendant jamais n'anamoins en dessous des +8. Sur la foi de cette seconde partie de rencontre, et à en croire dont "TP", la série promet d'être serrée jusqu'au bout. D'utant qu'une lutte soutteraine se trame au même moment. Avec ce match, Gregg Popovich, le coach des Spurs, porte à 85 le nombre de ses succès en play-offs. Il se rapproche à une longueur du cinquième entraîneur le plus victorieux en post-season... Un certain Jerrry Sloan, son homologue du Jazz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mar 22 Mai - 14:47

Basket - NBA - Avantage Detroit



Detroit Pistons - Cleveland Cavaliers : 79-76

Detroit mène la série 1-0. Deuxième match jeudi à Detroit

Les Pistons ont remporté sur le fil le premier match de la finale de conférence Est. Malgré la petitesse de l'écart, c'est un gouffre d'expérience qui séparait encore les deux équipes lundi soir. Ce qui s'est particulièrement vu dans le duel entre LeBron James (photo Reuters) et Chauncey Billups. Alors que le premier, du bas de ses 22 ans, a inscrit le dernier de ses 10 petits points à 6'54" de la fin, le second, MVP de la finale en 2004, s'est révélé une nouvelle fois décisif. Alors que Zydrunas Ilgauskas venait de marquer huit points en deux minutes pour fait passer les Cavs devant (76-75 à 2'08" de la fin), le meneur All Star des Pistons marquait un trois points (78-76 à 1'58") qui allait s'avérer fatal aux Cavs. Donyell Marshall avait bien la balle de match à 5 secondes du buzzer mais son tir à 3 points ne trouvait pas la cible et Billups prenait le rebond défensif avant de réussir un lancer franc sur deux à 2''4 du terme. Si Billups a joué les gros coeurs pour Detroit, c'est bien le duo Rasheed Wallace (15 pts, 12 rbds) - Richard Hamilton (24 pts, 7 pd), qui a mené l'offensive durant toute la partie. «On a assez mal joué, il n'y a aucun doute, mais je pense que c'est le signe d'une très bonne équipe de parvenir à gagner en ne jouant pas bien. Le match aurait pu basculer dans n'importe quel sens mais au final nous menons 1-0» a analysé Billups.

En face, Zydrunas Ilgauskas a pourtant sorti un très gros match (22 pts, 13 rbds) alors que LeBron James (10 pts, 10 rbds, 9 pds) est passé à côté du début - et donc de la fin - de la rencontre, n'inscrivant pas un seul point dans le premier quart-temps. "L'Elu", qui apparait pour la première fois à ce niveau, abordait pourtant ce match en tant que meilleur marqueur encore en lice (25,9 pts). Il a tenu à rester serein malgré la déception. «On a eu une chance de l'emporter quand j'ai pris trois tirs dans le dernier quart-temps, dans l'ensemble on a bien joué. Il faut juste faire avec la forme du jour, ce n'est pas une question de prendre le plus de tirs, le plus important c'est d'essayer de gagner le match.» Les Cavaliers ont eu, il est vrai, les balles pour s'imposer, ou au moins revenir, mais ont à chaque fois manqué de réussite. Ils ont aussi été incapables de maintenir l'avance acquise à la pause (41-35). La deuxième partie du match a alors tourné à l'avantage des Pistons, soudain plus agressifs et plus en réussite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mar 22 Mai - 21:06

Basket - NBA - Silence en or pour les Spurs


Les Spurs ont écopé d'une amende de 50 000 dollars, soit environ 37 600 euros, de la part de la NBA, mardi. La raison ? Les joueurs de San Antonio ne se sont pas présentés en conférence de presse lundi, jour de repos entre les matches 1 et 2 de la finale de la Conférence Ouest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mer 23 Mai - 2:51

Basket - NBA - Mitchell, l'homme qui vaut 4 millions


Entraîneur de l'année, ce n'est pas cher payé comme job. C'est ce que pouvait jusqu'ici se dire Sam Mitchell. L'homme qui avait hérité de ce titre honorifique pour avoir conduit son équipe des Toronto Raptors à la première place de la division Atlantique pour la première fois de l'histoire du club, puis en play-offs pour la première fois depuis cinq ans, était malgré tout le coach le moins bien payé de la NBA. Depuis mardi, il en va autrement. Sam Mitchell a non seulement été reconduit dans ses fonctions pour une durée de quatre ans, mais il a en outre été augmenté. Il devrait désormais percevoir quelque quatre millions de dollars par saison.



«Sam a été justement récompensé de ses efforts à la tête de l'équipe, a expliqué le président et manager général des Raptors Bryan Colangelo. Je sais aussi que Sam accepte le défi qui se présente à la franchise, celui d'aller plus haut. Pour cela, la stabilité jouera un rôle majeur.» De son côté, visiblement très reconnaissant, le coach a déclaré : «J'aimerais remercier Bryan (Colangelo), le conseil d'administration de la chance qu'ils m'offrent en continuant le travail entamé la saison passée, à savoir de bâtir une équipe capable de conquérir le titre de champion.» (Avec AFP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mer 23 Mai - 14:21

Basket - NBA - Le premier choix pour Portland


Portland a été désigné vainqueur du tirage au sort qui avait lieu la nuit dernière à New-York en présivision de la prochaine Draft 2007. Les Trail Blazers accèdent au premier choix à la surprise générale et alors que le club n'avait pourtant que 5,3% de chance de le remporter. La franchise de l'Oregon devrait par conséquent profiter de l'aubaine le 28 juin prochain pour recruter le pivot Greg Oden, âgé seulement de 19 ans et finaliste malheureux du championnat universitaire (NCAA) avec l'équipe d'Ohio State. Seattle, de son côté, hérite du deuxième choix tandis qu'Atlanta, Memphis et Boston suivent avec les places d'honneur.



Pour rappel, deux Français se présentent cette saison à la draft NBA. Il s'agit de Romain Duport (Le Havre) et de Rodrigue Beaubois (Cholet). Joakim Noah, double vainqueur 2006-2007 du championnat NCAA, n'est pas encore considéré comme français puisqu'il est en ce moment même en instance de naturalisation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Jeu 24 Mai - 13:28

Basket - NBA - Vincent remplace Bickerstaff


Bernie Bickerstaff ne sera plus l'entraîneur des Charlotte Bobcats la saison prochaine. Plombé par un bilan catastrophique (161 défaites pour 67 victoires en trois saisons), il sera remplacé la saison prochaine par Sam Vincent, qui était cette saison l'un des adjoints d'Avery Johnson à Dallas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Ven 25 Mai - 4:31

Basket - Pro A - Nancy reverra Bercy



A l'issue des matches retour des demi-finales du Championnat de France disputés jeudi soir, une seule équipe est parvenue à gagner son billet pour Bercy. Il s'agit de Nancy, tombeur de Villeurbanne (87-75) et qui atteint là sa troisième finale d'affilée en Pro A. Dans l'autre match, Chalon, en allant s'imposer à Roanne (87-82) a gagné le droit de disputer un match d'appui samedi, encore sur le parquet de la Chorale.



Nancy - Villeurbanne (87-75) (Nancy est qualifié pour la finale)

Il n'y a pas eu de miracle pour l'ASVEL. Battus (78-87) dans leur salle deux jours plus tôt par Nancy, les Rhodaniens ne sont pas parvenus à renverser la tendance en Lorraine. Au contraire, puisque le SLUC a dominé la rencontre de bout en bout, ne doutant quasiment jamais de sa victoire (87-75). Les Villeurbannais n'ont fait jeu égal avec leurs adversaires que durant... cinq petites minutes. Mené d'un petit point (7-8), le SLUC place alors une accélération imparable et inflige un 14-0 à ses adversaires, pour finir la période avec 10 points d'avance (21-11). Dans le deuxième quart, les Lorrains creusent un peu plus l'écart, sous l'impulsion d'un Cyril Julian énorme, et qui inscrit 10 de ses 20 points (meilleur marqueur de la rencontre) dans la période. A la pause, Nancy vire en tête avec une avance de 22 points (46-24).



Une avance trop importante pour des Villeurbannais empruntés en attaque. Apparemment émoussés, les hommes d'Yves Baratet, malgré un Vincent Masingue volontaire (10 points et 10 rebonds au final), ne parviendront plus à recoller, si ce n'est dans le «garbage-time». L'ASVEL, pour la première fois depuis de longues années, sera absente des joutes européennes l'an prochain.



«On n'a pas su rester concentré sur la rigueur, la discipline qu'on doit apporter à notre attaque, regrettait Yves Baratet à la fin de la rencontre. Cela aurait évité de rendre les ballons si vite à Nancy qui les exploite formidablement bien. Il nous manque un peu d'expérience et un peu d'histoire. On a besoin de se construire sur la durée. Regardez Nancy, qui va joueur sa troisième finale avec un effectif peu modifié. On va prendre ça comme référence.»



Les Nancéiens, dans le sillage de leur emblématique capitaine Cyril Julian, l'homme du match avec 20 points et 10 rebonds, accèdent à leur troisième finale de Championnat de France consécutive. Battus à deux reprises, par Strasbourg puis Le Mans, les Lorrains tenteront cette fois de repartir de Bercy en vainqueur. (Avec AFP)



Roanne - Chalon-sur-Saône 82-87 (Les deux équipes sont à égalité 1-1)

Sûr de son fait à domicile, Roanne a connu une grosse désillusion, jeudi face à Chalon. Vainqueur de la première rencontre en Bourgogne, et forte d'un bilan à domicile en saison régulière quasi-parfait (une seule défaite), la Chorale s'est sans doute vue trop tôt en finale de la Pro A. Plus dure a été la chute pour des Roannais qui, en plus, avaient pris une sérieuse option sur la victoire en première période. «On a dominé une grosse partie du match et on a craqué sur les drives en sortie d'écrans d'Everett, ce que nous avions su éviter à Chalon», expliquait Jean-Denys Choulet à l'issue du match, avant de lancer : «Ce n'est pas plus mal d'avoir perdu. Tout le monde nous voyait trop beau ici».



D'abord serrée pendant le premier quart-temps et pendant la première moitié du deuxième, la rencontre va se débrider en quelques minutes, sous l'impulsion des Américains de Roanne, Dewarick Spencer et Aaron Harper. Ce dernier réussit deux tirs primés consécutifs, et inspire Laurent Cazalon, qui s'enflamme à son tour et réussit deux tirs à trois points. Grâce à une adresse insolente, le score passe de 23-22 à 40-26 en quelques minutes à l'avantage de Roanne. Le Chalonnais Terrell Everett met fin à l'incendie en inscrivant les derniers points de la période (47-38). L'Américain de Chalon sera le grand artisan du retour de Chalon en seconde période. Rien qu'en seconde période, Everett inscrit la bagatelle de 16 points (pour 31 au total) et permet aux siens de revenir au score (62-61 à la fin du troisième quart-temps).



Et ce n'est pas fini ! l'Américain inscrit les deux premiers points de la dernière période. Alors que les Bourguignons, portés par leur joueur en feu, sont euphoriques, les Roannais doutent, à l'image de Dewarick Spencer, incapable d'inscrire le moindre point après la pause. Fatalement, les hommes d'un Greg Beugnot déchaîné sur son banc prennent petit à petit le dessus. Malgré une ultime tentative à trois points d'Harper, c'est bien Chalon qui l'emporte et inflige à Roanne sa deuxième défaite de la saison à domicile. «On avait vraiment regretté au premier match de ne pas avoir eu de jambes, soufflait Greg Beugnot au coup de sifflet final. Ce soir, on les avait. Voila, on n'est pas mort. A moins 15, beaucoup d'équipes auraient craqué ici. mais le plus dur reste à faire». En effet, Roanne aura l'occasion de se rattraper dès samedi, et de faire en sorte que cette rencontre ne soit plus qu'un mauvais souvenir. (Avec AFP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Dim 27 Mai - 21:10

Basket - NBA - Le Jazz se relance

Après deux victoires probantes, San Antonio a subi sa première défaite face à Utah (109-83) dans le match N.3 de la finale de la Conférence ouest. La série est donc relancée. Le Jazz, toujours invaincu dans sa salle depuis le début de ces phases finales, n'est plus mené que 2 victoires à 1 dans cette série au meilleur des 7 matches. Après un début de rencontre rapidement à l'avantage des Spurs, Utah a réussi à prendre le dessus. Les coéquipiers de Tony Parker se sont retrouvés privés de leur pivot Tim Duncan, réduit au silence avec 3 fautes en première période. Et sans leur tour de contrôle, les Spurs étaient diminués.

Parker et les siens étaient quand même en tête à la pause, mais ils se sont écroulés dans la deuxième partie du match. Le duo Carlos Boozer-Deron Williams, qui a donné sa pleine mesure, a fait des dégâts. Le premier cité a marqué 27 et pris 12 rebonds alors que le second a fini meilleur marqueur de la rencontre avec 31 pts et 8 passes. Dans cette seconde période, les Texans ont été dominés dans tous les compartiments du jeu et n'ont inscrit que 36 pts contre 66 pour le Jazz.

Parker a été le seul à surnager dans ce naufrage affichant des statistiques correctes, soit 25 points (9 sur 18 au tir) et 7 passes en 32 minutes sur le parquet. Duncan (16 pts, 8 rbds) et Manu Ginoboli (14 pts) n'ont pas eu leur rendement habituel. L'entraîneur Gregg Popovich, voyant la partie perdue, a même rapidement décidé de rappeler ses cadres sur le banc... Le match N.4 aura lieu lui aussi à Salt Lake City.

« Ils ont mieux joué que nous sur la longueur. Les joueurs du Jazz ont fait preuve d'agressivité, ils ont été physique et adroits au tir, » a simplement commenté Tim Duncan à l'issue de la rencontre. L'analyse de Popovich était tout aussi claire : « Ce n'est pas tant le score qui importe mais plutôt la manière dont nous avons joué. Et nous avons mal joué. Nos adversaires ont été meilleurs que nous dans de nombreux secteurs de jeu. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Lun 28 Mai - 13:59

Basket - NBA - LeBron James relance les Cavs



Cleveland Cavaliers - Detroit Pistons : 88-82

Les Cavs mènent la série 2-1. Prochain match mardi soir à Cleveland.

Sévèrement critiqué après les deux premiers matches de la finale de la conférence Est, LeBron James a trouvé la clé pour enlever les menottes posées par Tayshaun Prince. Le franchise player des Cavs a inscrit 8 de ses 32 points dans les quatre dernières minutes d'une rencontre où l'écart maximum n'a jamais dépassé les 8 unités. «Je me devais d'être prêt, a confié "l'élu", passé à deux longueurs du triple-double (9 rbds, 9 pds). C'est probablement le plus gros match de ma vie, l'un des plus grands de l'histoire des Cavaliers. Je l'avais senti comme ça. Vous apprenez de vos erreurs et des défaites. Mais je ne me dis pas que c'est fait. C'était juste un gros match qui nous permet de continuer à être présents



Posté en défense sur le n°23 des Cavs, Tayshaun Prince a perdu son duel particulier pour la première fois. «On lui a laissé beaucoup trop d'options, regrettait-il. Il a réussi à s'ouvrir le chemin du panier. Voilà ce qui arrive quand son jump shoot est bien réglé.» Le renouveau de James, qui découvre ce niveau de compétition, tranche avec la faillite du tandem d'arrières des Pistons Chauncey Billups-Rip Hamilton, crédités à eux deux de 20 points à 6/22, 5 passes et 7 balles décisives.



Les Pistons conservent néanmoins la main puisqu'ils n'ont jamais perdu une série de play-offs après avoir mené 2-0, ce qui est arrivé 18 fois déjà. A l'inverse, les Cavaliers ne sont jamais parvenus à passer le cap de la finale de conférence, battus par Boston en 1976 (4-2) et Chicago en 1992 (4-2). «LeBron James a donné quelque chose comme neuf passes décisives, donc nous devons juste le surveiller d'un peu plus près pour l'empêcher d'aller au bout de ses inspirations», a prévenu Rip Hamilton, serein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mar 29 Mai - 2:51

Mené 2-0 dans la finale de la Conférence Est, Cleveland a réagi et s'est imposé lors du match 3 contre Detroit (88-82), dans l'Ohio, dimanche. Malmené lors des deux premières rencontres, LeBron James a croqué les Pistons cette fois-ci avec 32 points, 9 rebonds et 9 passes décisives.
NBA - FINALE DE CONFERENCE EST
CLEVELAND - DETROIT : 88-82 (Detroit mène la série 2-1)
L. James (CLE) = 32 points, 9 rebonds, 9 passes décisives
Z. Ilgauskas (CLE) = 16 pts, 7 rebds
D. Gooden (CLE) = 12 pts, 6 rebds
C. Webber (DET) = 15 pts, 7 rebds
R. Wallace (DET) = 16 pts, 5 rebds
T. Prince (DET) = 13 pts, 5 rebds

LeBron James a probablement réalisé le plus beau match de sa jeune carrière dans la nuit de dimanche à lundi. Lors de la troisième rencontre de la Conférence Est opposant son équipe, Cleveland, à Detroit, l'arrière des Cavaliers a rendu une copie parfaite avec 32 points, 9 rebonds et 9 passes décisives, frôlant le triple double et offrant surtout la victoire à son équipe. "LeBron nous a portés sur ses épaules", a commenté Mike Brown, l'entraîneur de la franchise de l'Ohio.
C'est dans le dernier quart-temps que James a réellement fait la différence (12 points). Critiqué après le "game 1" pour n'avoir pas pris ses responsabilités sur le dernier shoot, malmené après le "game 2" pour avoir raté celui-ci à 7 secondes du buzzer, "King James" a pris les choses en main lors du "game 3". "Vous apprenez de vos erreurs. Vous apprenez de vos défaites. Ce match était énorme. Nous avons gagné et cette victoire nous permet de continuer de vivre dans cette finale", a déclaré le meilleur marqueur de la partie.
A 2'32" de la fin du match, James a inscrit un panier à trois points décisif en creusant un premier écart significatif (84-76). Revenus dans la course à l'abord de la dernière minute, les Pistons n'ont pu empêcher le joueur All-Star d'inscrire ses 31 et 32e points, ceux de la victoire pour Cleveland. "Nous lui avons laissé trop de possibilités en attaque", regrettait Tayshaun Prince à l'issue de la rencontre. "Il nous a punis à chaque fois qu'il attaquait le panier. Et quand il joue à ce niveau, son jump shoot fait souvent la différence". Un seul bémol est à signaler du côté des Cavaliers : Larry Hughes s'est tordu la cheville gauche. L'arrière de Cleveland va passer une IRM mardi, et espérer d'être rétabli pour le match 4 prévu le soir même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mar 29 Mai - 11:39

Basket - NBA - San Antonio prend une option

Utah Jazz - San Antonio Spurs: 79-91

Les Spurs mènent la série trois victoires à une

Vexés par la gifle reçue lors du match 3 (défaite 109-83), les Spurs ont vivement réagi pour la deuxième rencontre dans l'Utah et ont pris une bonne option sur la finale NBA. Après un premier quart temps équilibré (léger avantage pour les Texans, 21-20), les champions 2005 ont pris l'avantage juste avant la pause, bien emmenés par le duo Tim Duncan (19 points, 9 rebonds) et Tony Parker, auteur d'un match solide avec 17 points, 3 rebonds et 2 passes, même s'il a été moins brillant que lors des autres rencontres. Mais sous l'impulsion de Deron Williams (27 points, 10 passes), le Jazz est revenu dans le troisième quart temps, talonnant San Antonio mais ne parvenant jamais à repasser devant. Manu Ginobili (photo Reuters)a alors pris les choses en main pour renverser la vapeur avec un dernier quart temps de folie, marqué par 15 points dont 11 sur lancers francs (pour un total de 22 points, plus 6 rebonds). L'Argentin pouvait arborer un large sourire après la rencontre: «Je suis très fier de ce qu'on a fait dans le quatrième quart-temps parce que ça commençait à mal tourner pour nous. Mais nous nous sommes accrochés et nous avons fait du bon boulot

Les Spurs ont finalement profité des nombreuses fautes de leurs adversaires pour montrer leur adresse sur la ligne des lancers, en réalisant même la performance rare d'inscrire plus de lancers francs (30) que de tirs dans le jeu (28). Après le match, Tim Duncan a bien compris que ce succès devrait être déterminant : «Cela aurait pu être une série accrochée, et maintenant on a une balle de match. On est dans une bonne position.» Les joueurs de Salt Lake City vont maintenant devoir gagner dans le Texas pour entretenir l'espoir dans cette finale de conférence ouest. Les statistiques ne plaident pas en leur faveur, puisqu'ils ont perdu leurs 18 matches sur le parquet des Spurs depuis 1999. Tony Parker et les siens pourraient donc plier l'affaire mercredi soir dans le match 5 et se qualifier pour leur quatrième finale en huit ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mer 30 Mai - 16:54

Basket - NBA - L'oeil de Jacques Monclar



Comme chaque semaine, notre consultant Jacques Monclar détaille l'actualité nord-américaine. A l'honneur : les Cleveland Cavaliers qui n'ont pas encore abdiqué face à Detroit et Manu Ginobili, l'homme fort des Spurs.

«HOULEUX»

Utah n'a pas réussi à remettre la série à égalité. Les Spurs sont forts, sont restés froids comme des lames dans une ambiance de «muerte». C'était en effet limite tant sur le terrain que dans les gradins. En agissant ainsi le Jazz s'est mis une inutile pression qui lui a peut-être valu de perdre des ballons capitaux au moment où il pouvait prendre le leadership du match, en fin de troisième quart-temps ou au début du quatrième. Des fautes techniques - Jerry Sloan et Derek Fisher expulsés -, des points abandonnés sur la ligne de lancers-francs, la cocotte-minute a explosé, ouvrant le chemin de la victoire (voire de la série ?) à San Antonio. Les Spurs, regroupés autour de Tim Duncan, ont dominé la partie. Tony Parker, lucide et trés présent, fut largement maltraité par la défense du Jazz lors de pénétrations dont il le secret. Il y avait toujours un pied, un genou, un coude, un bras qui trainaient comme pour lancer des messages. A ce jeu-là, les Spurs ne sont pas bons à prendre, ils l'avaient déjà prouvé dans la fournaise du match 5 contre des Suns, qui traversaient les mers les plus agitées. Dans ce match 4, San Antonio était en mission, et on connait bien leur objectif final.

«LE TROISIEME HOMME»

Le duo Parker-Duncan est le socle des Spurs, on le sait. Dans ces play-offs et surtout lors du dernier match «El Manu» Ginobili a été un plus considérable, tour à tour créateur, scoreur de près comme de loin, opportuniste voire coquin. L'Argentin au profil aquilin a changé le cours de la série. Depuis que Gregg Popovich l'utilise en sixième, l'impact de Ginobili est supérieur, sa «grinta» et son sens du jeu faisant merveille. Champion Olympique en 2004, NBA All-Star en 2006, «El Manu» qui a un long et beau passé européen (Virtus Bologne) s'est totalement épanoui aves les Spurs et finit en trombe une saison durant laquelle il a pourtant dû batailler un peu pour retrouver toutes ses sensations.

«D WILL»

On savait Carlos Boozer capable d'élever son niveau de jeu, on est ébloui par l'immense talent de Deron Williams. L'ancien d'Ilinois régale par sa fraîcheur, son efficacité. Pourtant, il doit assumer la présence permanente de Bruce Bowen à ses basques, ce qui ne l'empêche pas de distiller plus de 25 pts et 8 passes depuis le début de la série. Son shoot plein axe en première intention est un must, sa relation avec Carlos Boozer rappelle celle qu'entretenaient Stockton et Malone, sans oublier son physique très dense qui lui permet d'aller au contact contre n'importe qui. Il est l'un des grands acteurs de cette «post season» et se positionne avec Tony Parker et Chris Paul comme un des grands au poste de meneur.

«AIR CONNU»

Comme l'an passé, les Cavs sont revenus de 0-2 contre les Pistons. Avec un LeBron James (Photo Reuters) de gala, les Cavaliers ont su se remettre de leurs deux courtes défaites initiales. En étant autour de 90 pts, Cleveland a sa chance et le prouve. Sa défense arrive à contenir le collectif de Detroit dont les lignes sont rarement efficaces en même temps. De plus, les hommes de Flip Saunders piochent un peu à 3 pts (3/17 hier) et ne trouvent pas pour le moment la constance nécessaire. LeBron James, King James en l'occurence, qui polarise toute l'attention de la Ligue et des médias, a formidablement assumé son role de scoreur (32 et 25 pts sur les matches 3 et 4), ajoutant à cela 20 passes décisives. La belle surprise est venue de Daniel Gibson, sorti de nulle part qui, profitant de la blessure de Larry Hughes, a inscrit 21 pts (record en carrière), avec au passage un 12/12 sur la ligne de réparation. Les Cavs se cherche un meneur depuis longtemps, Damon Jones (trop shooteur), Eric Snow (en bout de course) n'ayant pas fait l'affaire, ce petit bonhomme de Gibson au shoot trés pur, doté d'une bonne passe et d'un bon coup d'oeil, a tout pour faire bingo.

«MANO A MANO»

Les matches entre Detroit et Cleveland sont au couteau - typiquement conférence Est - et se joue toujours sur très peu de choses, sur des possessions finales. C'est splendide mais éprouvant pour les deux équipes. Ces finales de conférences sont sous le signe de la défense, de l'intimidation voire du combat. Bien évidemment, les arbitres ont un rôle fondamental pour tenir ces hordes sauvages. Et jusqu'ici, les hommes en gris assument bien leur tâche. Nul doute que la NBA doit s'appliquer considérablement au moment des désignations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Jeu 31 Mai - 10:49

Basket - NBA - Les Spurs en finale



San Antonio Spurs - Utah Jazz : 109-84 (San Antonio remporte la finale de la Conférence Ouest 4-1)



Et de quatre pour les Spurs ! En effet, les partenaires de Tony Parker, en dominant Utah lors du cinquième match sur leur parquet de San Antonio (109-84), ont remporté la finale de la conférence Ouest et se sont ainsi qualifiés pour la quatrième fois pour la finale NBA (après les titres enlevés en 1999, 2003 et 2005), face à Cleveland ou Detroit (2-2).



Utah avait-il vraiment les armes pour contrer les hommes de Gregg Popovich sur leur parquet ? La question est légitime tant les Spurs ont parfaitement su gérer leur finale de conférence face au Jazz. Après tout, la pression n'était pas vraiment de leur côté et forts d'une avance confortable, les partenaires de Tony Parker ont fait le métier. En fait, le ton de la partie a été donné dès le premier quart-temps. Un temps de jeu initial qui voit Utah perdre pied devant l'infernal duo Duncan-Parker (34-15). Le meneur de jeu français, plutôt entreprenant (11 pts, 2 p.d.), met ses coéquipiers sur orbite. La suite n'est que littérature.



Sûrs de leur savoir-faire défensif, les Spurs laissent venir (21-24) avant de faire une nouvelle démonstration de leur force à leurs adversaires, soutenus comme il se doit par Parker (7 pts, 2 p.d.) et l'incontournable Duncan (12 pts). Bilan : 28-17. Cette fois, Utah ne s'en remettra pas. Malgré un ultime quart-temps remporté en forme de baroud d'honneur (26-28) devant des Spurs privés volontairement de leurs deux meilleurs scoreurs (21 pts chacun pour Duncan et Parker), le Jazz n'a pas réussi à enrayer la mécanique adverse.



En guise de symbole, les 13 points d'Andreï Kirilenko et surtout le faible pourcentage au shoot du Jazz sur l'ensemble de la partie (38,2%), incapable de soutenir la comparaison avec la réussite adverse (51,3%).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Jeu 31 Mai - 16:35

Basket - NBA - Parker : «Fier de San Antonio»



Tony Parker était heureux après la qualification de San Antonio pour la finale, aux dépens de Utah (4-1). «C'est incroyable. Je suis fier de San Antonio. Ce qu'on réalise est vraiment fort». La joie du Français est logiquement accentuée par sa montée en puissance lors des play-offs. «Pour la première fois, je pense être régulier depuis le premier tour. J'ai toujours réalisé des gros matches en play-offs mais il me manquait un peu de constance. Il m'arrivait de passer à côté d'un ou deux matches. Pour l'instant, j'estime que ce sont mes meilleurs play-offs».



Si l'obtention d'une nouvelle bague de champion se rapproche pour les Spurs, Parker refuse de tomber dans le discours de convenance. «On sait très bien que nous n'avons rien fait pour le moment. Notre objectif n'est pas de remporter la conférence Ouest. Nous voyons plus loin. Il n'y a que le titre NBA qui nous intéresse. Nous avons huit jours devant nous pour souffler un peu. Avec notre équipe de vieux, ce n'est pas négligeable. Nous serons à 100% physiquement pour le premier match».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titoum
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11473
Age : 51
Localisation : Martigues
Votre Equipe Préférée : Marseille , Martigues , Port De Bouc
Loisirs / Emploi : Football Véterans , Vtt , Informatique , Pétanque ,Coordinateur , Dispatcheur
Date d'inscription : 20/05/2006

MessageSujet: Re: Basket   Jeu 31 Mai - 17:55

Merci pour tout ces info Judoka

_________________

Besoins De Vidéo , Aides Sur Le Streaming , Mise a Jour Des Matchs Live Contactez Moi
Titoum13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://football-video-live.bb-fr.com
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Ven 1 Juin - 1:31

Les trois Choristes


Avant la finale de Pro A contre Nancy, Harper- Salyers-Spencer guident une attaque survitaminée, capable de faire exploser toutes les défenses. Le trio US de la Chorale sera la clef du match à Bercy. S'ils sont à leur niveau, Nancy aura bien du mal d'écarter Roanne d'un doublé ProA-Semaine des As.
Arrêter Aaron Harper n'est déjà pas évident. Stopper Marc Salyers, le MVP de la Semaine des As, encore moins. Et contenir Dewarick Spencer, le MVP de la Pro A, on n'en parle même pas. Alors comment faire pour bloquer les trois à la fois ? Une équation que va devoir résoudre Nancy en finale de la Pro A ! Pas une mince affaire. Depuis le début de la saison, le trio US de la Chorale récite ses gammes. Et personne n'arrive à l'arrêter. Toute la Pro A s'est même cassé les dents journée après journée. "Si tu en arrêtes un, tu n n'arrêteras pas l'autre", s'amusait "Dee" en début de saison.
Les trois meilleurs du championnat dans la même équipe. Du jamais vu dans toute l'histoire. La marque Jean-Denys Choulet ! Le technicien de la Chorale prône un jeu offensif où ses joueurs ne doivent jamais refuser de tirs ouverts. Conclusion, les trois Américains se régalent et jouent libéré. Au grand bonheur des fans roannais et de la Chorale. Mais surtout, Choulet a eu le nez creux pour trouver trois joueurs majeurs complémentaires.
Spencer, le scoreur
Pour sa deuxième année en France, Dewarick Spencer a explosé. Auteur de 15.4 pts de moyenne pour sa première saison, Dee (1m91) est devenu cette année la star du championnat. Meilleur marqueur et meilleure évaluation de Pro A, le MVP du All Star Game est tout simplement inarrêtable (20.6 pts, 5.8 rbds, 3.8 pds en playoffs). Il sait tout faire. Et le fait bien. Grâce à ses appuis souples et sa vision du jeu parfaite, il arrive à percer toutes les défenses. Un vrai souci pour Nancy qui espère que Banks sera au niveau. Mais voilà, Spencer n'est pas tout seul.
A ses côtés, un certain Marc Salyers. Le MVP de la Semaines des AS est le joueur idéal dans le système de Choulet. " La priorité dans mon équipe, c'est un quatre shooteur", avoue "Jidé". Réputé pour son tir à trois points, Big Marc est aussi capable de faire parler la poudre dans la peinture grâce à ses drives et sa force physique. En mal d'adresse dans ses playoffs (11.6 pts à 17% aux primés), le grand Marc répond toujours présent dans les moments chauds ("Des problèmes d'adresse qui disparaissent dans le money time", s'amuse Choulet dans BasketNews).
Complémentaires !
Pour compléter le trio : Aaron Harper. L'arrière réalise aussi une saison phénoménale. Avec 18.1 pts à 52%, 5.5 rbds, l'ancien MVP du championnat vénézuélien est indispensable. Beaucoup moins "flashy" que ses deux partenaires du haut de ses 2m01 (un taille rare en France pour un 3), il est pourtant la clef du jeu roannais. Celui qui fait mal en silence... "J'adore faire payer aux équipe qui se concentrent trop sur Marc et Dee", annonce-t-il. Si ce trio tourne à plein régime, Roanne est injouable. Surtout que Pellin, Badiane, Cazalon, Soliman, Niakaté, Moerman sont des coéquipiers parfaitement adaptés au jeu chatoyant prôné par Choulet.
Bilan toutes compétitions confondues: 43 matches, 31 victoires, 13 défaites dont seulement deux à domicile, la Semaine des As, la 2e place au classement, une qualification en Coupe d'Europe. Et si Salyers et Harper devraient rester à la Chorale l'année prochaine, Spencer jouera quant à lui à Bercy son dernier match sous les couleurs roannaises. "Il s'en va. Il n'aurait été bien, ni pour lui, ni pour nous qu'il reste. Il domine le basket français. Il faut qu'un autre club lui offre autre chose", conclut le président Brochot. Une raison de plus de briller à Paris... A Nancy de trouver les clefs pour les stopper !


Dernière édition par le Sam 2 Juin - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Ven 1 Juin - 13:01

Basket - NBA - Cleveland prend une option



Detroit Pistons - Cleveland Cavaliers : 107-109 (a. 2 p.) (Cleveland mène la série 3-2)



Il suffit parfois d'un seul homme pour porter toute une équipe vers les cîmes du succès. Si samedi soir, lors du sixième match l'opposant à Detroit, Cleveland gagne la finale de la conférence Est en s'offrant un quatrième succès, les Cavaliers le devront en très grande partie à leur baromètre local LeBron James. Le porte-bonheur du groupe de Mike Brown, déjà irrésistible lors des matches 3 et 4 (respectivement 32 et 25 points) remportés par son équipe, a tout simplement marqué de son empreinte et de son talent le cinquième duel entre les deux équipes.



Bien soutenue par Zydrunas Ilgauskas (16 pts, 8 rbds, 2 p.d.), la vedette des Cavaliers a survolé la rencontre, réalisant son meilleur total de points en play-offs (48 pts). Présent au rebond (9) et dans le jeu collectif des Cavaliers (7 p.d.), James a donné le «la» à une équipe particulièrement efficace au tir à trois points (7/15), se payant même le luxe de scorer 29 des 30 derniers points inscrits par les siens. «Il fallait être agressif. Je voulais attaquer le panier et ne pas laisser tomber mes partenaires», a confié le jeune ailier. En face, et malgré une meilleure présence au rebond, l'adresse n'était pas vraiment au rendez-vous dans cet exercice (4/14). Un fait de jeu plutôt désagréable à l'heure de départager deux équipes au coude à coude tout au long de la partie et obligées d'en passer par deux prolongations. Symbole du manque de sang-froid des Pistons : l'ultime shoot de Chauncey Billups tenté à une seconde du buzz au cours de la seconde prolongation (9-7), une réplique désespérée à un tir décisif de James et qui n'ira pas mourir dans le panier adverse.



Après avoir mené deux à zéro dans la finale, voici les Pistons en mauvaise posture. Dominés à domicile pour la première fois par les Cavaliers, ils pourraient bien voir la possibilité de disputer le titre NBA leur filer sous le nez, samedi, sur le parquet de Cleveland. Leur dernier espoir : prier pour que James stoppe momentanément la courbe ascendante entamée depuis le match 3.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Sam 2 Juin - 22:22

Basket - Euroligue (H) - Roanne peut-il y aller ?


«Je l'attendais celle-là. Alors allons-y...» Après avoir commenté la victoire de Roanne sur Nancy en finale du Championnat de France (81-74), Jean-Denys Choulet, l'entraîneur de la Chorale, est interrogé sur l'engagement de son équipe en Euroligue. Salle, budget, structures d'accueil... les critères minimums requis pour participer à la C1 sont tels qu'un échange avec le ticket de Nancy pour la Coupe ULEB peut sembler a priori la solution la plus adaptée. Cela permettrait à la Chorale de jouer à Roanne là où l'Euroligue l'obligerait de se transporter à Clermont-Ferrand. Sans compter que cela arrangerait probablement l'ULEB, comme la LNB, qui ne peuvent que voir l'irruption d'un tel cendrillon d'un oeil méfiant. «Je n'ai pas trop apprécié ce qui s'est passé avant la finale, explique Choulet. Si on fait l'Euroligue ou pas, c'est notre décision. Personne ne peut dire avant nous si on veut la faire ou pas.»



«Je rencontrerai le président du Mans demain», révèle le président de la Chorale, Emmanuel Brochot, qui veut s'appuyer sur l'expérience acquise par le MSB en un an d'Euroligue pour prendre sa décision. «On va prendre le temps de la réflexion, poursuit-il. Trois millions de budget, ce ne sera pas suffisant en Euroligue. Il en faut 4,5 à 5. Il nous faut aussi des moyens techniques. Cela va aller vite, dans la semaine ou les dix jours qui viennent. Le choix va venir de nous, on ne va pas nous l'imposer.» Reste que même en augmentant le budget de manière substantielle, Roanne ne pourra se départir du statut de tout Petit Poucet à ce niveau. «Il suffit d'y croire, corrige Choulet. Ce n'est pas qu'une question de pognon et heureusement. Cela fait plaisir d'avoir pu le prouver aujourd'hui.» Néanmoins, le plaisir de participer à l'Euroligue, opportunité qui ne se représentera peut-être pas de si tôt, peut vite tourner au calvaire. «Je ne pense pas qu'on ait toutes les cartes en main pour faire quelque chose de propre, ajoute Choulet. A 99,9%, ce qui va arriver ne servira pas à grand-chose au niveau sportif ». X.C. (à Bercy)





À VOIR AUSSI


Roanne champion de France 2006-2007

La feuille de match
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Dim 3 Juin - 14:01

Basket - NBA - Gibson qualifie Cleveland



Cleveland Cavaliers - Detroit Pistons : 98-82

Cleveland gagne la série 4-2

Pour la troisième fois seulement dans l'histoire de la NBA, une équipe réussit la performance de se qualifier pour la finale NBA après avoir été menée 2-0 en finale de conférence. Le résultat est historique à plus d'un titre puisque Cleveland n'avait jamais atteint ce niveau de la compétition et que Detroit avait l'avantage du terrain après avoir bouclé en tête la saison régulière à l'Est.

Samedi soir, la sensation est venue du match époustouflant réussi par Daniel Gibson (Photo Reuters), un rookie choisi en 42e position de la Draft 2006, quasi invisible en saison régulière (4,6 pts en 16 minutes/match). Cet arrière de poche (1,88 m) de 21 ans inscrit 31 points en 29 minutes, grâce notamment à un 5/5 à trois points. Plus fort encore, l'ancien étudiant de Texas University a marqué plus de points (19) que tout l'équipe de Cleveland (16) dans le quatrième quart-temps (31-16), attaqué avec un seul points d'avance pour les Cavs (67-66) ! Revenu sur terre après sa prestation héroïque du match 6 (48 pts), LeBron James (20 pts à 3/11, 8 pds) termine meilleur rebondeur de la rencontre (14), dans un secteur que les joueurs de l'Ohio ont largement dominé (53 à 33) et qui s'est avéré décisif au vu de la panne d'adresse générale (39% de réussite aux tirs pour Cleveland, 36% pour Detroit). Ce match disputé à Cleveland a également été marqué par la faillite du meneur Chauncey Billups (9 pts, 1 seule passe décisive en 44 minutes), qui se trouve en fin de contrat et ne devrait pas, malgré cet échec, manquer de propositions. De son côté, James fera sa première apparition en finale dès jeudi soir face aux Spurs de Tim Duncan et Tony Parker. Si San Antonio partira avec l'avantage du terrain, le duel entre "l'Elu" et le terrible défenseur Bruce Bowen vaudra son pensant d'or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 45
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Lun 4 Juin - 2:37

Basket - Transferts - Cousin en Pro A


Agé de 36 ans, l'entraîneur de Quimper Olivier Cousin a fait savoir dimanche qu'il partirait en Pro A l'an prochain. Il a cependant tenu secret le nom de son futur club, au lendemain de la finale de Pro B perdue contre Vichy à Paris (70-49).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Basket   

Revenir en haut Aller en bas
 
Basket
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jeu de management de basket
» Place du Basket Français au niveau du Basket Mondial
» Liège Basket 2008' 2009'
» Belgacom Liège Basket - Dexia Mons Hainaut - mercredi 22/09
» Pétition pour la création d'une chaine Basket +

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FVL - Soccer :: Archives FVL :: Corbeille & Archives 2006 / 2007 :: Parlons Des Autres Sports :: Tout Les Sports-
Sauter vers: