AccueilPortailRechercherS'enregistrerMembresGroupesFAQConnexion

Partagez | 
 

 Basket

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Lun 4 Juin - 14:55

Basket - FRA - Avec Kirskay, sans M. Pietrus


Claude Bergeaud a rendu public lundi la liste des 14 joueurs présélectionnés en vue de l'Euro 2007, du 3 au 16 septembre en Espagne. Le sélectionneur français a réservé quelques surprises, avec les sélections de Tariq Kirskay, certes attendue, mais aussi de Johan Sangaré, Cédric Ferchaud et Ian Mahinmi. En revanche, ne sont pas présents trois joueurs sur les sept qui évoluent en NBA: Mickaël Pietrus, Mickaël Gelabale et Johan Petro. Cette liste de 14 sera ensuite ramenée à 12 pour l'Euro espagnol. Par ailleurs, une liste de remplaçants a été également dévoilée, en cas de blessure de l'un des 14.



Liste des 14 présélectionnés pour l'Euro-2007:

Meneurs: Tony Parker (1,86 m, San Antonio Spurs/NBA), Aymeric Jeanneau (1,85 m, Villeurbanne), Johann Sangaré (1,92 m, Villeurbanne)

Arrières: Joseph Gomis (1,80 m, Valladolid/ESP), Michel Morandais (1,95 m, Naples/ITA), Cédric Ferchaud (1,94, Pau-Orthez)

Ailiers: Boris Diaw (2,03 m, Phoenix Suns/NBA), Tariq Kirksay (1,98 m, Nancy), Yakhouba Diawara (2,01 m, Denver Nuggets/NBA)

Ailiers-forts: Florent Pietrus (1,99 m, Malaga/ESP), Sacha Giffa (1,97 m, Strasbourg)

Pivots: Frédéric Weis (2,18 m, Bilbao/ESP), Ronny Turiaf (2,06 m, Los Angeles Lakers/NBA), Ian Mahinmi (2,08 m, Pau-Orthez)



Liste des remplaçants:

Yannick Bokolo (1,88 m, Le Mans), Mickaël Pietrus (1,98 m, Golden State Warriors/NBA), Mickaël Gelabale (2 m, Seattle Supersonics/NBA), Mamoutou Diarra (1,98 m, Chalon-sur-Saône), Pape Badiane (2,08 m, Roanne)



Le programme de l'équipe de France:

23 juillet-4 août: stage à Divonne-les-Bains

28 juillet: Suisse-France à Genève

4août: France-Belgique à Aix-les-Bains

7-9 août: stage à Strasbourg

10-12: tournoi de Strasbourg (avec Serbie, Grèce et Slovénie)

13-15: stage à Divonne-les-Bains

17-19 août: tournoi de Paris (avec Portugal, République tchèque et Russie)

24-26 août: tournoi en Slovénie (avec Slovénie, Lituanie, Lettonie, Rép. tchèque)

29 août: Espagne-France à Alicante (Espagne)

3septembre: début de l'Euro-2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mar 5 Juin - 2:16

Basket - Euro (H) - Bergeaud cherche l'équilibre



Dans sept semaines, au début de la préparation pour l'Euro (3-16 septembre), les stars et les petits nouveaux de l'équipe de France se retrouveront sous les feux des projecteurs. Mais ce lundi, avec l'annonce des quatorze présélectionnés, c'était surtout les absents (Gelabale, M. Piétrus, Petro) qui occupaient le devant de la scène. «Pour résoudre les problèmes de l'équipe nationale, on se prive de joueurs qui ont donné satisfaction», regrette Claude Bergeaud. «Mon plus grand souhait, c'est d'amener cette équipe là, disons 16, 17 joueurs, qui viennent, qui sortent, à 2012», recadre le sélectionnneur.

Claude Bergeaud, vous passez d'un temps où on accueillait les Français de NBA en équipe de France à un autre où on les retranche. N'est-ce pas plus difficile à justifier ?

Je ne crois pas. Le monde du basket est très, très peu connu. Les gens ne font pas la différence entre le jeu NBA et le jeu européen. On imagine donc que des jeunes joueurs à fort potentiel, très médiatisés, sont automatiquement du niveau de clubs du championnat de France, d'Euroligue ou des compétitions internationales. On a du mal à expliquer pourquoi la non-sélection d'un joueur NBA n'est pas forcément illogique. Mais personnellement, je n'ai aucune pression pour composer l'équipe car je sais à quel type de basket elle est destinée et avec quelles compétences spécifiques. Je ne m'imagine pas pouvoir faire un basket à la manière NBA puisque les Américains, qui sont peut-être dix fois plus forts que nous, ne gagnent pas des compétitions internationales qui leurs sont acquises au départ. (...) Pendant l'année, les joueurs NBA font vendre le basket... donc il faut qu'ils soient en équipe de France. Ce n'est pas la mentalité de Claude Bergeaud, je n'ai rien à vendre moi.

L'absence de Mickaël Gelabale n'en constitue pas moins un coup de tonnerre.

Je ne le vois pas comme ça. L'année dernière, on a subi pas mal de désagréments offensifs. Il nous fallait un créateur. La solution que l'on amène (NDLR : Gomis titulaire, Kirksay retenu), c'est pour résoudre les problèmes de l'équipe nationale. Du coup, on se prive de joueurs qui ont donné totale satisfaction à tous les points de vue. Gelabale est un personnage remarquable, tranquille, un beau joueur de basket mais il fallait faire un choix. On pouvait se dire qu'il resterait quand même dans l'équipe. Mais peut-on l'imaginer être là sans jouer ? On aurait peut-être eu des difficultés. Etre un joueur majeur en équipe nationale, puis être rétrogradé, c'est problématique. On l'a connu par le passé, il ne faut pas avoir la mémoire courte.

Son sang froid dans les moments chauds ne risque-t-il pas de manquer ?

Je n'ai jamais vu de joueurs pris uniquement pour rentrer les shoots dans les derniers instants. Il faudrait qu'il soit tout le temps dans l'équipe, qu'il joue 25, 28 minutes par match et qu'il soit là à la fin... Mais, dans ce cas là, peut-être qu'on aura eu des difficultés parce qu'on aura pas réussi à créer.

L'équipe de France est l'une des meilleures défenses d'Europe, peut-être la meilleure.

(Il coupe) C'est les chiffres qui le disent !

Si on enlève Mickaël Piétrus et Mickaël Gelabale, cet impact baisse.

Je crois que c'est humilier certains joueurs que de ne parler que des absents.

Ce ne sont pas n'importe quels absents...

Diawara ne défend pas ? Si, donc il va les remplacer. On est un sport un peu en difficulté par rapport à l'image très "ego" que nous avons sur les joueurs. Le basket se porte mal à cause de ça. En quinze ans, on l'a fait devenir un sport individuel. C'est une maladie et je le pense réellement. Là, deux joueurs disparaissent mais on en met un qui est au niveau des autres. On ne me pose pas de questions sur Diawara... Mais je le répète, je n'ai rien à vendre, si ce n'est des valeurs, comme respecter les hommes en place et ceux qui n'ont pas été pris en équipe nationale. Ils n'ont tué personne. Il fallait que je rééquilibre les secteurs offensifs et défensifs. J'ai des chiffres, notamment pour ceux qui revendiquent des tirs.

Comment interpréter l'annonce d'un cinq majeur et d'une hiérarchie figée sept semaines avant le début de la préparation ?

Tony Parker doit-il encore gagner sa place contre Aymeric Jeanneau ? Non. Alors pourquoi Joseph Gomis devrait-il encore le faire par rapport à un autre ? Et s'ils se traînent à l'entraînement, on ne les met pas dans le cinq, c'est ça ? Etablir une hiérarchie, c'est installer des gens pour définir des rôles par rapport à leurs compétences. A partir du moment où Boris (Diaw) débute à l'aile et Florent Piétrus en quatre (ailier-fort), on peut ensuite faire évoluer l'équipe avec les complémentarités dont on a besoin.

Tony Parker en 2005 et Boris Diaw en 2006 ne se sont pas imposés comme les leaders, les "tueurs" attendus. Est-ce pour vous concentrer sur ce dossier que agissez ainsi ?

Je ne sais pas si on peut attribuer les contre-performances offensives de nos leaders à la hiérarchie ou à la spécificité du basket européen par rapport à la NBA. Parce que ça, on y reviendra sans arrêt. Ce n'est pas le même sport. C'est le rugby à XV et le rugby à XIII. On veut surtout que les choses soient claires au départ pour pouvoir passer du temps à l'entraînement avec des gens qui prennent des repères collectifs, qu'ils aient des connivences technico-tactiques, qu'on ne se dise pas au moment des matches : "ah oui, ça, je l'ai déjà vécu il y a quelques temps". Il faut répéter, répéter, répéter pour avoir une vraie personnalité de jeu.

Parker va disputer la finale, puis se marier, et Diaw disputé les play-offs. Redoutez-vous de les retrouver fatigués ?

On verra. Bien sûr, les saisons sont importantes. Il faudra que Tony ait une vraie coupure derrière son mariage avec Eva afin d'arriver très frais, reposé physiquement et mentalement. L'année dernière, il avait réussi à se reposer vraiment, à arriver en grosse forme. Boris, lui, a le temps de vraiment se refaire, de résoudre son petit problème de dos. La suite, l'avenir le dira. On a vu l'année dernière ce qui s'est passé... (la blessure de Tony Parker).

Avec seulement deux ou trois places qualificatives pour les JO, l'objectif annoncé de cette génération, ressentez-vous un surcroît de pression par rapport à vos premières compétitions avec les Bleus ?

Et en 2004, les qualifications pour l'Euro ? Si on ne se qualifiait pas, le basket français, avec tous les talents qu'il avait, descendait ans le groupe B. Ce n'est pas de la pression ça ? Si en 2005, on ne se qualifie pas pour le Mondial, ça allait être un échec. Cette année, la pression est différée. Si on ne passe pas dans les deux, il reste le Tournoi pré-olymique en 2008. La pression dans ce sens là, je ne la prends pas. Il faut avancer, construire. Tant qu'on n'a pas fait les entraînements, ça ne m'handicape pas.

En parlant de génération, entre les 1982 (Parker, Diaw) et les 1988 (Batum, Diot), il existe un fossé. Cela vous pose-t-il un problème ?

C'est une question très intéressante mais il ne faut surtout pas oublier que nous avons des joueurs de 24-25 ans et qu'on en fait des vieux. Les autres pays cherchent les joueurs à maturité à 28 ans. Mon plus grand souhait, c'est d'amener cette équipe là, disons 16, 17 joueurs, qui viennent, qui sortent, à 2012. Elle ne sera pas belle cette équipe à ce moment-là ? Avec l'expérience acquise, on serait monstrueux. Certains me demandent déjà de prendre Nicolas Batum. Il faut pourtant évoluer par petites touches. L'année dernière, nous avions mis deux très jeunes joueurs (Bokolo, Petro), cette année un (Mahinmi).

L'équipe de France fait-elle partie selon vous du top 3 européen comme l'indique son classement dans les grandes compétitions depuis deux ans ?

On ne peut pas revendiquer cela de manière stable. C'est contextuel, il faut le remonter à chaque fois. Regardez l'Italie, 3e à l'Euro 2003, 2e aux JO d'Athènes et en recul depuis deux ans. Elle a un creux mais il va bien falloir qu'elle revienne. On ne peut pas dire qu'elle a reculé car elle a une valeur intrinsèque qui va peut-être nous faire mentir cette année. Comme on ne se voit plus qu'une fois par an, c'est devenu du ball trap.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mar 5 Juin - 15:51

Basket - NBA - L'oeil de Jacques Monclar



Notre consultant Jacques Monclar revient sur la qualification de San Antonio et Cleveland pour la finale NBA, avec un LeBron James «entré dans une autre dimension», l'avenir de Detroit, victime des Cavs, et le choc à venir entre Cleveland et les Spurs.



SI VITE, SI HAUT, SI FORT

LeBron est entré dans une autre dimension en portant les Cleveland Cavaliers aux "NBA Finals". Depuis sa Draft en 2003, le natif d'Akron (Ohio) était attendu comme le successeur de Michael Jordan et le monde du basket avait les yeux sur lui. Ses performances de scoring ont immédiatement prouvé la valeur du joueur, mais on lui demandait plus. On voulait qu'il diffuse sur son équipe et emmène les Cavs aux succès. Il me semble que le déclic a eu lieu l'an passé lors des play-offs, quand Cleveland lutta jusqu'au septième match face à... Detroit, tombant les armes à la main. LeBron James et les siens avaient pris date. Ils ont confirmé cette saison, devenant champions de la conférence Est en battant des Pistons à l'alchimie collective évaporée. Au cours de l'année, les Cavs ont mué. L'émergence de Sasha Pavlovic, la tonitruante révélation de Daniel "Boobie" Gibson, l'épanouissement de Drew Gooden, ont modifié cette équipe. Le coach Mike Brown a su insuffler une discipline intéressante des deux côtés du terrain, utilisant l'axe James-Ilgauskas offensivement, créant une solide défense à partir de la puissance et de la taille de ses intérieurs -Ilgauskas-Gooden-Varejao-Marshall-. Les Cavs sont en finale. Vont-ils avoir digéré leur triomphe de l'Est ? LeBron James va-t-il continuer à faire du "Jordan" et, comme "His Airness" en 1991, élever encore son niveau de jeu au moment où sur son maillot apparaîtra en doré un petit logo représentant le trophée Larry O'Brien ?



IMPAIRS ET... GAGNE

Les Spurs furent champions en 1999, 2003, 2005, la tentation est belle de les voir gagnants en 2007. Ils seront les favoris de ces finales. Depuis le All-Star Game, San Antonio est monté en régime, à traversé les play-offs sereinement. Autour de "Mister Fondamentaux" (Tim Duncan), avec un Tony Parker toujours plus fort et flamboyant, les Spurs ont retrouvé en play-offs "El Manu" Ginobili au top et vu Fabricio Oberto devenir un plus indéniable dans la bataille des raquettes. Gregg Popovich et ses hommes ont établi une sorte d'académie de basket. Le groupe est expérimenté, talentueux, discipliné. Ces garçons sont en mission. Une mission que peut symboliser Michael Finley, énorme joueur jamais titré, venu au Texas pour accrocher sa première bague. Les Spurs mèneront la vie dure à LeBron James (Bowen-Finley-Ginobili), leur défense a l'art de pousser à la faute, à l'excès. L'affrontement dans le secteur intérieur sera royal. Tim Duncan a remporté trois titres et les trois fois, il fut élu MVP des finales. Cela doit bien vouloir dire quelque chose... Tony Parker, lui , va, après avoir affronté Allen Iverson, Steve Nash, Deron Williams, se voir confronté à Larry Hughes et au petit nouveau Daniel Gibson. "TP" a les moyens de les faire tourner en bourrique et d'être un acteur majeur de la série, ce qui validerait une saison déjà formidable, lui qui peut obtenir un troisième titre NBA à tout juste 25 ans, une performance jamais réalisée en NBA. En cas de victoire, les Spurs et Tony Parker deviendraient l'Equipe des années 2000, du nouveau millénaire.



PISTONS DECHUS

Miami la saison dernière, Cleveland cette année, Detroit a la gueule de bois. Après avoir mené 2-0, les Pistons ont subi quatre revers consécutifs, lâchant définitivement prise dans le quatrième quart-temps du match 6. On les sentait forts pourtant, sereins, sûrs de leur fait. Ce fut peut-être leur erreur. Connus pour leur dureté, leur capacité à élever leur niveau de jeu au moment "M", les Pistons ont lâché collectivement, avec un symbole, la sortie de notre Rasheed Wallace hurlant sa détresse dans une "Q" Arena en furie. Joe Dumars (le GM) va devoir réfléchir. On sait que Flip Saunders sera toujours le coach, que Chauncey Billups va rester. Pour le reste, il va falloir attendre... On peut toutefois croire encore en Detroit BasketBall. Le type de frustration qu'ils viennent de subir peut pousser les Pistons à redevenir eux-mêmes. "Gentleman Joe" (Dumars) et le staff devront remettre en confiance Tayshon Prince, en échec contre les Cavs. Ils verront sans doute Chris Webber partir à la retraite, Antonio Mc Dyess sous d'autres cieux (???). Lindsey Hunter, lui, est en fin de cycle, Delfino n'a pas vraiment trouvé sa place. Detroit va peut-être se mordre les doigts d'avoir "évacué" Darko Milicic du côté d'Orlando et le fantome de "Big Ben" Wallace va flotter un moment du côté d'Auburn Hills. Mais du coté de "MoTown", le basket est une affaire sérieuse. Acceptons en l'augure...



ENCHAINEMENT ET REPOS

Cleveland va enchaîner. Peu de temps pour réfléchir, pour se préparer, pour "scouter" l'adversaire et ce jeudi, les Cavs seront à San Antonio pour l'ouverture des finales. Les Spurs, à l'inverse, sont à l'arrêt depuis une semaine et leur qualification en cinq matches face à Utah. Comme le dit Gregg Popovich, il vaut mieux un peu de rouille que de la fatigue. Côté Cavs, on sait que la cheville gauche de Larry Hughes n'est pas au mieux mais globalement, le groupe est en bonne santé et ne doit pas se fixer de limites. Chez les Spurs, tout va bien, on a eu le temps de fourbir ses armes, les vidéos ont dû fonctionner et les Texans attendent de pied ferme LeBron James et ses frères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mer 6 Juin - 3:34

Basket - LFB - Mondeville boucle son recrutement


Trois nouvelles joueuses ont été recrutées par l'USO Mondeville qui a bouclé son effectif pour la saison prochaine avec Lenae Williams, une ailière américaine de 27 ans (1,82 m) qui jouait cette saison en Slovaquie à Ruzomberok et Naré Diawara, une intérieure malienne de 24 ans (1,98 m), issue de l'université américaine de Virginia Tech. Ces deux joueuses, qui se sont engagées pour une saison, renforceront la raquette.

La Française Jennifer Digbeu, âgée de 20 ans (1,90 m) a signé pour deux saisons en provenance de Valenciennes. La soeur d'Alain Digbeu peut jouer intérieure ou à l'aile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Jeu 7 Juin - 5:31

Basket - Bleus - Parker soutient Bergeaud


Le choix du sélectionneur Claude Bergeaud de ne pas retenir trois des sept joueurs français qui jouent en NBA pour le prochain Eurobasket en Espagne a été respecté par Tony Parker mercredi.

«Claude a fait son choix, je le respecte et je le soutiens», a assuré le meneur de jeu des San Antonio Spurs qui disputera bien la compétition du 3 au 16 septembre, ce qui ne sera pas le cas de Mickaël Pietrus, Mickaël Gelabale et Johan Petro.

«C'est vrai que c'est difficile d'écarter des joueurs NBA, mais Claude avait sans doute besoin de partir dans une direction différente, il faut respecter le choix du coach», a ajouté Parker, qui vise un troisième titre NBA face aux Cleveland Cavaliers dès jeudi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Jeu 7 Juin - 14:31

Basket - CAN 2007 - Monclar en Côte d'Ivoire


Jacques Monclar s'est engagé pour trois mois avec la Fédération ivoirienne afin de diriger les Eléphants durant la Coupe d'Afrique des Nations (15-26 août, en Angola). Double champion de France en tant qu'entraîneur avec Antibes, Jacques Monclar, notre consultant, a été récemment limogé de son poste d'entraîneur de Dijon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Ven 8 Juin - 16:18

Basket - NBA - Parker : «On a contrôlé le match»



Tim Duncan estime que la difficulté des Spurs pour rentrer dans la finale NBA résultait de la coupure de neuf joueurs entre la fin de la finale de la la conférence Ouest et la première victoire de San Antonio sur Cleveland (85-76). «J'avais l'impression de ne pas avoir joué depuis un mois, a déclaré "Dream Tim" sur ABC. Je suis content d'avoir retrouvé le rythme». Tony Parker (photo Reuters) va totalement dans son sens sur son site internet, TP9.net : «On a eu du mal à trouver nos marques en première mi-temps parce qu'on n'avait pas joué depuis neuf jours

«On était à la recherche de la bonne carburation, poursuit le Français. C'est pour cela que tous nos tirs extérieurs étaient souvent courts. On n'avait pas trop de jambes. L'entraînement ne vaut pas l'intensité d'un match, même si tu travailles dur.» Ce qui ne l'a pas empêché d'inscrire 27 points, son troisième meilleur score en play-offs cette saison. «Tony joue de manière agressive, c'est comme cela qu'il joue son meilleur basket, salue son coach Gregg Popovich. Et notre agressivité commence souvent par la sienne. Sa capacité à pénétrer ou à renverser le jeu nous apporte beaucoup.»

Parker n'a, il est vrai, pas été impressionné par les Cavaliers : «D'une manière générale, on a contrôlé le match. Ils ne sont pas aussi physiques que Phoenix, voire Utah. Mais c'est une équipe athlétique.» A l'inverse, LeBron James n'est pas sorti heureux de sa découverte de la défense des Spurs version finale : «Il faut vraiment leur rendre hommage. Ils ont bien joué. J'ai raté des tirs certes, mais certains sont dus à leur défense. Je passais un joueur et il en arrivait un deuxième. (...) J'ai six pertes de balles, ce qui ne m'arrive pas souvent

«Maintenant, il ne faut pas croire que LeBron shootera comme ça tout au long de la série, prévient Parker. L'idéal est de le contenir un minimum et de bloquer les autres joueurs. Si tu arrives à faire cela, la victoire n'est plus très loin.» «Peut-être sera-t-il à 60 % (de réussite) au prochain match», ajoute Popovich. Sinon, cela sera encore diffcile. «Collectivement, nous pouvons faire de meilleures choses», préfère croire l'entraîneur des Cavaliers Mike Brown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stevie-g
Cadet
Cadet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 208
Age : 31
Localisation : Paris
Votre Equipe Préférée : Liverpool
Loisirs / Emploi : Lycéen
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Basket   Sam 9 Juin - 18:24

Les San Antonio Spurs
ont fait ce qu'ils maîtrisent le mieux : contrôler le tempo et serrer
les boulons en défense. Ils remportent la première manche à domicile
après avoir mené 45 minutes sur 48 et renvoient les Cleveland Cavaliers
à leurs chères études. Resté sans solution, LeBron James a encore
beaucoup à apprendre de Tony Parker, meilleur marqueur (27 points), de
Tim Duncan et de Manu Ginobili.


27 POINTS À 12/23 ET 7 PASSES DÉCISIVES POUR PARKERPour
les débutants de Cleveland, la finale n'a pas encore véritablement
débuté. Pour les vétérans de San Antonio, elle ne s'est jamais vraiment
arrêtée. Les Spurs ont donné d'entrée de jeu une leçon tactique, autant
que psychologique, à leur quatrième adversaire différent en autant de
finales. A l'image de la formation texane, cette manche ne restera pas
dans les annales pour son esthétique mais elle a été une démonstration
de montée en régime, de répartition des tâches et des responsabilités,
de ce qu'il faut faire et ne pas faire. Pour Tim Duncan, «on gagne le match et on les tient à 76 points. Nous sommes là où nous devions être».
Les missions, toutes réussies : durcir la défense en cas de mise en
route paresseuse, insister sur les joueurs chauds du moment et juguler
toute tentative de retour de l'adversaire.

PARKER : «J'AI ÉTÉ AGRESSIF»

Tony
Parker a fait du petit bois des aversaires proposés par Mike Brown,
réussissant autant de tirs (12) que James en manquait... «J'ai été
agressif dès les premières secondes en attaquant le panier,
explique-t-il sur son site internet. Cela m'a permis de rentrer
quelques lay-ups. Par contre, sur les shoots, j'étais trop court. Il a
fallu attendre la seconde période pour que ça commence à rentrer.» Ces
27 points constituent sa troisième performance en play-offs cette
saison derrière des pointes à 32 et 30 points contre Phoenix en
demi-finale de conférence.

Après
quatre premières minutes toutes portes ouvertes (10-8, 4e), les Texans
ont été les premiers à trouver la clé pour fermer le jeu et prendre une
petite avance (18-13, 11e). Très vite, Tony Parker a pointé le nez à la fenêtre, cumulant 6 points et deux pick and roll
d'école pour Tim Duncan dès les premières minutes. Certes, les Cavs ont
profité d'un moment d'absence de leur hôte au début du deuxième
quart-temps pour prendre les devants (25-22, 16e) mais les Spurs
répliquaient immédiatement avec un 11-1 marqué par six nouveaux points
de TP (33-26, 21e). Cela a été le seul passage des Cavs en tête. Manu Ginobili
- le meilleur homme de la manche n°1 en 2005 contre Detroit - se
faisait ensuite pardonner une mise en jambes difficile en réussissant
un trois points au buzzer de la mi-temps (40-35) avant de jouer le rôle
du dynamiteur dans le troisième quart-temps avec cinq points d'affilée
(54-45, 32e). Le retard des Cavaliers est même monté à -18 (67-49, 37e)
avant un rapproché déséspéré, initié, puis gâché par LeBron James.
En réussissant deux tirs à trois points de suite, la star de Cleveland
montrait le chemin aux siens (76-62, 32e). Les Spurs s'assoupissaient
et laissaient les Cavs espérer de nouveau à -8 (82-74, 39e) grâce à un
rush de la révélation "Boobie" Gibson (16 points). James a
finalement tenté le tir lointain de l'espoir pour revenir à cinq
longueurs, un échec, ses équipiers lâchant le rebond comme très souvent
après la mi-temps (43-32 au final dans ce secteur).
Ce
qu'il ne faut pas faire, la star de Cleveland le sait désormais. En
attaquant le match sans entrain, préférant des tirs à mi-distance aux
pénétrations, James a donné le bâton pour se faire battre comme dans un
vulgaire match de saison régulière. En échouant dans ses quatre
premières tentatives, LBJ a perdu confiance en son shoot et a permis à
la défense des Spurs, qui n'en demandait pas tant, de se resserrer sur
un bunker intérieur, multipliant les prises à deux, voire à trois -
Duncan étant victime du même traîtement mais sans en souffrir. «C'était totalement étouffant, reconnait LeBron James. Ils
ont fait un bon boulot pour réduire les espaces. Dès que je passais un
joueur, un autre surgissait. Il va falloir que je m'adapte à ça pour le
deuxième match
.» «On ne l'a pas laissé passer par la ligne de fond comme il en a l'habitude»,
se félicite Duncan. Et ce sans abuser de la défense de zone, ce qui
aurait pu libérer les shooteurs de l'Ohio. Le n°23, dont s'était la
première apparition à ce niveau, a été coupé de son équipe (4 passes
décisives et 6 balles perdues), emmenant ses lieutenants, Zydrunas Ilgauskas et Larry Hughes,
dans sa chute. Ces trois là culminent à 18 points à 6/29 contre 67 à
27/52 pour le "trident" Duncan-Ginobili-Parker. Une vraie gifle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Dim 10 Juin - 23:49

Après son match 1 tonitruant contre les Cavs, Tony Parker s’impose comme un acteur incontournable de la finale. Le meneur des Spurs est un poison pour Cleveland qui espère trouver des solutions au plus vite pour l’arrêter. Mais le Parisien vise de plus en plus haut. Un titre MVP ?…
Et si Tony Parker devenait MVP de la finale ? Une question qui semble improbable. Pourtant à la sortie des vestiaires jeudi soir, TP devait y penser. Et il n'était pas le seul. Pour sa troisième finale sous le maillot des Spurs à tout juste 24 ans, le Frenchie a revêtu son costume de maître de cérémonie. Lors du match 1, il a donné le ton pour mettre sa franchise sur la voie d'un quatrième titre Larry O'Brien. Avec sa vitesse, ses pénétrations et ses lay-up déroutants, il a éclipsé le duel LeBron James-Tim Duncan pour terminer meilleur joueur de la rencontre. Avec 27 points et 7 passes, il s'est offert les Cavs. Et bat son record de points et de passes en finale, s'il vous plait. "Je poursuis ma croissance" , souriait Parker, vendredi matin dans les sous-sols de la salle des Spurs. Mais où va-t-il s'arrêter ?
Malgré ses deux titres NBA, en 2003 et 2005, l'ancien pensionnaire de l'INSEP n'est pas rassasié. Déjà deux fois All Star, il continue de progresser pour grimper vers les sommets. Auteur de ses meilleurs playoffs depuis son arrivée en NBA, le plus jeune joueur de l'histoire de la NBA à disputer autant de matches de phases finales (77) semble encore avoir passé un palier. A tel point que Gregg Popovich, son entraîneur, est sous le charme. Et il ne s'en cache pas. Lui qui d'habitude est si avare en compliments. "Il prend plus ses responsabilités qu'auparavant. Par exemple, il fait plus attention au temps ou au score. Il sait aussi depuis combien de temps Tim (Duncan) n'a pas touché le ballon ou qui marque qui. En clair, il se comporte comme un entraîneur sur le terrain" , analyse "Pop".
Popovich apprécie
Tony saura apprécier. Mais pour le moment, il garde les pieds sur terre. Le temps de savourer n'a pas encore sonné. Et il explique tranquillement son évolution par rapport aux autres finales en annonçant qu'il ne faut pas craindre une baisse de régime comme en 2003 où il avait levé le pied après trois matches énormes. "En 2003, tout était beau. J'étais jeune, j'avais 21 ans, cela allait vite. Je me suis enflammé après trois premiers matches réussis (contre New Jersey). Et la suite m'a ramené à la réalité ", explique le N.9, qui avait été nettement moins en vue, après ses 26 points et 6 passes du match 3. "Cette année, je fais un gros match (jeudi), mais à la limite je dirais que je m'en fou car je sais que je suis capable de faire des matches comme celui-ci. Ce qui m'importe, c'est d'être régulier", explique le meneur.
La régularité. Tony Parker pointe le doigt sur son principal progrès. Capable de performances éblouissantes depuis son arrivée outre-Atlantique, il peut aujourd'hui enchaîner les rencontres de haut niveau. L'évolution de son tir extérieur, qu'il travaille avec insistance avec Chip Engelland son coach particulier, n'y est d'ailleurs pas étrangère. "Disons que ces deux dernières années, j'ai été plus régulier car mon tir est meilleur, confirme le Français. Cela me permet d'avoir des armes supplémentaires. Lorsque les défenses m'empêchent de rentrer dans la raquette, je peux quand même m'en sortir avec mon tir extérieur ou avec des passes".
Son année
Une chose est sûre : cette finale ne se résumera pas à un duel de géants Duncan-James. Un petit Français compte bien mettre sa pincée de sel. Un apport qui pourrait bien faire tourner cette finale en faveurs des Spurs. "Pour sa taille, il a une capacité étonnante à prendre des tirs devant tout le monde. Il sait également s'arrêter au millimètre près pour prendre un tir ou encore shooter de loin et aller au panier. C'est tellement dur pour un défenseur de l'arrêter. Je suis content qu'il joue aussi bien. Il est indispensable" , avoue Tim Duncan.
A force de galoper de cette manière, le numéro 9 des Spurs est devenu l'ennemi numéro 1 des Cavaliers. Une formation contre qui il avait déjà compilé 47 points lors des deux rencontres de la saison régulière. "Il est excellent. Il va trop vite. Et il sait où il doit aller pour faire mal sur le parquet. Cela va être dur mais il va falloir trouver les moyens pour l'arrêter et l'éloigner de la raquette", annonce LeBron James. Le coach des Cavs, Mike Brown, a déjà annoncé qu'il allait tenter de trouver un moyen pour stopper le meneur texan tout en reconnaissant que cela ne sera sûrement pas suffisant. "Je vais prier un petit peu", ajoute l'ancien assistant des Spurs. Content de l'effet qu'il produit, TP se permet même de voir loin. "En 2003, c'était le tour de Tim Duncan, en 2005, celui de Manu. Cette fois, j'ai l'impression que c'est mon tour." Histoire de lorgner sur un nouveau titre. Celui de MVP&hellip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Lun 11 Juin - 21:40

Basket - NBA - L'oeil de Jacques Monclar



Jacques Monclar revient sur la deuxième victoire de San Antonio en deux matches face à Cleveland (103-92). Si les Spurs dominent autant, c'est que leurs atouts majeurs sont tous en place : Parker est exceptionnel, Duncan royal, Popovich souverain et Ginobili précieux. Reste à voir si la Q-Arena a quelques pouvoirs magiques. Sinon TP peut viser le titre de MVP. «Les Cavaliers sont désarçonnés et ce sont plutôt les Spurs qui cavalent. La sortie de LeBron James, qui avait attaqué le match tambour battant, a fait un mal fou à Cleveland. Il a fait les frais d'une dépense d'énergie désordonnée. Si cette finale doit lui permettre d'engranger de l'expérience, alors ce sont des cours en accéléré. Son retour sur le banc était d'autant plus problématique que James prête souvent main forte pour défendre sur Parker. Mike Brown a essayé plusieurs joueurs (il a même relancé le vieux Eric Snow) mais rien à faire. Notre "TP" national est une anguille et sa finition en l'air, souvent en déséquilibre, avec les deux mains, est pour l'instant le geste marquant - on devrait dire typique... - de cette finale.

On avait prédit que la réussite de Tony serait la clé de cette série. Si elle se termine en quatre matches, il peut être le MVP. Même si Tim Duncan règne en maître et qu'il ne devrait pas baisser de rythme. Comme Tony a dit lui-même que le trophée de MVP de la saison régulière est un objectif trop élevé, nous sommes peut-être en train d'assister à son grand oeuvre. Il est absolument exceptionnel. Il va falloir que coach Mike Brown tente des choses pour le déranger parce que Gregg Popovich, dont il a été l'assistant, est en train de lui démonter qui est le maître. Les coups, c'est "Pop" qui les tentent, comme cette press tout terrain qui a envoyé deux joueurs pour harasser celui qui fait la première passe. Les Cavs ont complétement déjoué et ont pris éclat sur éclat. Ils reviennent fort dans le dernier quart-temps mais il était aussi difficile pour les Spurs de rester mentalement dans la partie avec une telle avance. Et qui était là pour stopper l'hémorragie ? Parker bien sûr. Et Ginobili toujours. On n'en parle pas trop de celui-là mais il fait un bien fou où il faut, quand il le faut.

La conclusion de ces deux matches au Texas, c'est que les Spurs sont trop forts pour les Cavs. Entre Parker et Duncan, ils n'arrivent pas à choisir leur poison. Ça pose plusieurs questions. Les Pistons sont-ils passés au travers de la finale de conférence ? Ou la Q-Arena a-t-elle un pouvoir pour régénérer ses ouailles ? Detroit menait aussi 2-0 avec l'avantage du terrain. Mais cette fois, les joueurs à relever après la bataille sont nombreux, en premier lieu à l'intérieur. Avec Ilgauskas et Gooden, et malgré l'abattage du Brésilien Varejao, il manque un voltigeur dans la raquette, un peu comme l'était Larry Nance, un très fort contreur, au début des années 1990. On va surtout voir ce que James a dans le ventre. A 0-2, c'est plus compliqué qu'à 1-1 mais à 0-3, cela deviendrait quasi irrécupérable.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zizou
Joueur D'Or
Joueur D'Or
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6124
Age : 30
Localisation : st martin le chatel
Votre Equipe Préférée : lyon
Loisirs / Emploi : étudiant
Date d'inscription : 25/12/2006

MessageSujet: Re: Basket   Mar 12 Juin - 14:04

Coupe ULEB : L'ASVEL présente ?

lundi 11 juin 2007 - 11h38Le club villeurbannais devrait
disputer la Coupe ULEB la saison prochaine au regard de ses seuls
critères sportifs. Les dirigeants villeurbannais ont en effet reçu une
inscription de l'instance européenne.


Eliminée en demi-finale des plays-offs de ProA, l'Adecco ASVEL avait
terminé la saison en étant la première équipe non-qualifiée à une
compétition européenne. Finalement, au regard de leurs seuls critères
sportifs, les Villeurbannais ont été désignés par la LNB pour disputer
la Coupe de l'Union des Ligues européennes de basket (ULEB).
L'inscription définitive de l'ASVEL interviendra au mieux à la fin de
la semaine. Le tirage au sort des rencontres aura lieu le 30 juin en
Italie.
Communiqué ASVEL (publié sur le site officiel du club)
La LNB ayant désigné l'Adecco ASVEL comme 5eme club français
potentiellement concerné par l'ULEB Cup 2007/08, et ce au regard de ses
seuls mérites sportifs, l'Union des Ligues Européennes de Basket a
transmis ce jour au siège de votre club un bulletin d'inscription pour
la dite compétition. La confirmation définitive de l'inscription de
l'ASVEL n'interviendra toutefois qu'en fin de semaine au mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celtic77
Joueur D'Or
Joueur D'Or


Masculin
Nombre de messages : 3163
Age : 48
Localisation : 77
Votre Equipe Préférée : PARIS SG RENNES NANTES
Loisirs / Emploi : SPORT MUSIQUE CINEMA
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Basket   Mar 12 Juin - 20:46

Tony Parker veut rester les pieds sur terre malgré son récital des deux premiers matches (Reuters)
«Rien n'est fini»
De nouveau meilleur marqueur de la rencontre avec 30 points lors du deuxième match des Finales NBA contre Cleveland, remporté aisément par San Antonio (103-92), Tony Parker refusait néanmoins de s'enflammer avant de se rendre dans l'Ohio.

Par Rédaction Sport24.com

Tony, quel regard portez-vous sur cette deuxième victoire contre Cleveland ?
Tony Parker : Nous avons réalisé un gros match, aussi bien offensivement que défensivement. Dans le dernier quart-temps, nous avons été coupables d’un relâchement qui a permis à Cleveland de revenir dans la rencontre. C’est dur de garder plus de 20 points d’avance dans une finale NBA. Les gens ne s’en rendent pas compte mais c’est humain de baisser d’un ton quand tu possèdes une telle avance. Tu ne joues plus avec la même intensité. Et puis il ne faut pas rêver, Cleveland ne perdra jamais de 40 points. Dans chaque match, à un moment ou un autre, chacune des équipes connaît de la réussite en attaque. Les Cavaliers ont réalisé leur «run» dans le dernier quart-temps.

Malgré cette très belle victoire, vous ne semblez pas complètement satisfait…
Tony Parker : Non, ce n’est pas ça. Je garde tout simplement les pieds sur terre. Il ne faut pas croire que cette finale sera une partie de plaisir. J’ai le souvenir de la finale 2005. Nous avions gagné de 20 points contre Detroit dans le Game 2. Nous menions 2-0 et en arrivant à Auburn Hill, nous avions pris 20 et 30 points. Cleveland est une équipe qui joue mieux à domicile. Avec l’euphorie et l’appui du public, ils vont sûrement mieux shooter. Ca ne sert donc à rien de s’enflammer.

Avec 30 points, vous terminez une nouvelle fois meilleur marqueur du match. Rien ne semble pouvoir vous arrêter dans cette finale ?
Tony Parker : J’essaie d’être le plus agressif possible. Comme mes shoots extérieurs rentraient, tout devenait plus facile. Avec Manu et Tim, nous avons marqué 78 des 103 points de l’équipe. Le Big Three tourne actuellement à plein régime. Mais les Spurs, ce n’est pas trois joueurs. C’est un collectif. Tout le monde a fait son travail. Robert (Horry) a été extraordinaire tout au long de la soirée. Défensivement, il nous a fait énormément de bien (9 rebonds et 5 contres). Mais encore une fois, il ne faut pas croire que tout est fini. Nous allons continuer à travailler, à étudier le jeu de Cleveland à la vidéo pour arriver encore plus fort au Game 3.

_________________

FV LIVE EST FAIT POUR VOUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celtic77
Joueur D'Or
Joueur D'Or


Masculin
Nombre de messages : 3163
Age : 48
Localisation : 77
Votre Equipe Préférée : PARIS SG RENNES NANTES
Loisirs / Emploi : SPORT MUSIQUE CINEMA
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Basket   Mer 13 Juin - 9:11

Finale : Cleveland - San Antonio (72-75)


San Antonio n'est plus qu'à une succès du titre NBA. Mardi, les coéquipiers de Tony Parker (17 points, 5 rebonds, 3 passes décisives) ont remporté à Cleveland un troisième match ultra-défensif (75-72), malgré la belle réaction de LeBron James (25 points, 8 rebonds). Les Spurs auront une première occasion de plier l'affaire jeudi, encore à Cleveland.



PLAY-OFFS
[color=red]FINALES NBA (au meilleur des 7 matchs)
[color=black]San Antonio Spurs - Cleveland Cavaliers : 3-0 dans la série
Jeudi 7 juin 2007 : San Antonio - Cleveland, 85-76
Dimanche 10 juin 2007 : San Antonio - Cleveland, 103-92
Mardi 12 juin 2007 : Cleveland - San Antonio : 72-75

_________________

FV LIVE EST FAIT POUR VOUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Jeu 14 Juin - 3:47

Basket - Euroligue - Roanne jouerait à Clermont


Récent champion de France de France, Roanne devrait disputer ses matches d'Euroligue la saison prochaine à domicile... à Clermont-Ferrand (à 120 km). Qualifiée pour la plus prestigieuse des compétitions européennes, la Chorale ne dispose pas d'une salle homologuée pour une telle manifestation (3025 places à la Halle André-Vacheresse contre 5000 recquises), mais a tout de même choisi de disputer l'Euroligue aux dépens de la Coupe ULEB, qui elle, ne nécessitait d'aménagement particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Ven 15 Juin - 1:07

Basket - Pro A - Cousin entraîneur de Pau-Orthez



De la Pro B au plus gros budget de la Pro A, il y a un pas de géant qu'a franchi Olivier Cousin (photo L'Equipe) ce jeudi. Le jeune entraîneur (36 ans) originaire de Vendée a été nommé offciellement à la tête de l'Elan Béarnais Pau-Orthez. Il remplace le Canadien Gordon Herbert, licencié mercredi après une saison riche d'une victoire en Coupe de France mais marquée par une non-qualification en play-offs. Arrivé à Quimper en 1999, il a guidé l'équipe de la Nationale 2 (la 4e division) à la finale de la Pro B, perdue au début du mois face à Vichy à Paris-Bercy. A titre individuel, Cousin a été élu meilleur entraîneur de la N1 en 2004 et de la Pro B en 2007. «Ce qui est le plus difficile ce n'est pas d'accepter une proposition de l'Elan, c'est de décider de quitter Quimper, explique-t-il sur le site de l'Elan Béarnais. Je vais m'attacher à ce que nous soyons cohérents dans le jeu, le comportement, l'image. Ce que je souhaite c'est que l'équipe dégage très vite des valeurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celtic77
Joueur D'Or
Joueur D'Or


Masculin
Nombre de messages : 3163
Age : 48
Localisation : 77
Votre Equipe Préférée : PARIS SG RENNES NANTES
Loisirs / Emploi : SPORT MUSIQUE CINEMA
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Basket   Ven 15 Juin - 8:23

Finale : San Antonio champion, Parker MVP

Rédaction Sport365 - vendredi 15 juin 2007 - 06h56




San Antonio s'est adjugé jeudi le quatrième titre NBA de son histoire en balayant Cleveland en finale. Les Spurs ont remporté (83-82) le quatrième match disputé sur le parquet des Cavaliers. Le meneur Tony Parker (24 points, 7 rebonds) remporte le titre de MVP de la finale, et devient le premier Européen à remporter cette récompense.

PLAY-OFFS
FINALES NBA (au meilleur des 7 matchs)

San Antonio Spurs - Cleveland Cavaliers : 4-0 dans la série >>> San Antonio champion
Jeudi 7 juin 2007 : San Antonio - Cleveland, 85-76
Dimanche 10 juin 2007 : San Antonio - Cleveland, 103-92
Mardi 12 juin 2007 : Cleveland - San Antonio : 72-75
Jeudi 12 juin 2007 : Cleveland - San Antonio : 82-83


COCORICO POUR NOTRE TONY NATIONAL

_________________

FV LIVE EST FAIT POUR VOUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Ven 15 Juin - 16:17

Basket - NBA - L'oeil de Jacques Monclar (4)



Jacques Monclar revient sur le titre facilement remporté (4-0) par San Antonio face à Cleveland, sur le titre historique de MVP de la finale de Tony Parker, ainsi que les difficultés et les promesses de LeBron James. «Tony est sur le toit du monde. La vie est dure pour lui... Il a un gros contrat, une belle femme, des titres et des trophées... C'est un immense accomplissement et une formidable récompense. C'est le premier Europen à y arriver mais c'est aussi l'un des plus jeunes. Et c'est cent fois mérité. Il a marqué près de 25 points de moyenne dans une finale avec des scores très bas, sauf quand San Antonio a atteint les 100 points dans le deuxième match. C'est monstrueux. Avec l'absence de Hughes, Cleveland n'a pas pu l'agresser en attaque, ce qui aurait pu le déranger.

Jeudi, les Spurs ont subi un blitz terrible au début du quatrième quart-temps quand ils se sont pris un 11-0. Gino (Emmanuel Ginobili) et Duncan ont pris les choses en main, injectant une piqure d'adrénaline, alors que Tony a fait le gestionnaire en cherchant les hommes chauds. D'ailleurs les Cavs ont bien joué seulement quand ils avaient déjà tout perdu. Ca a duré sept minutes, quand LeBron James a été replacé en meneur. Il faut accorder bien sûr du crédit à la défense proposée par Popovich, mais si on regarde à la loupe, on voit que James a donné nombre de caviars à ses équipiers et que ceux-ci n'ont pas rentré les shoots ouverts.

S'il n'est pas un shooteur extérieur, James un créateur de jeu et ce qu'il a fait en fin de match montre qu'il pourra faire quelque chose à l'avenir. Le fait que James soit papa le matin même d'un petit Bryce (de Nice) Maximus (de Gladiator) a aussi été un paramètre. Il l'attendait plus tard. Il a parfois été énorme, mais quand on voit que Pavlovic est investi de responsabilités - alors qu'il laisse trois secondes de répit fatales avant de faire faute sur Ginobili dans les dernières secondes - cela montre qu'il faut que Cleveland se développe. Cette défaite me fait penser à un autre sweep, celui vécu par Orlando face à Houston en 1995. Shaquille O'Neal l'avait encaissé, ça ne lui a pas empêché de gagner quatre titres par la suite.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
supermaman
Co-Administrateur
Co-Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4115
Age : 50
Localisation : savoie
Votre Equipe Préférée : marseille
Loisirs / Emploi : foot
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Ven 15 Juin - 16:45

NBA: les Spurs dans la cour des grands



ven 15 jui, 14h09




CLEVELAND (AP) - Les San Antonio Spurs sont entrés jeudi dans la catégorie des plus grandes franchises de la NBA avec leur quatrième victoire (83-82) sur les Cleveland Cavaliers qui leur a permis de remporter leur quatrième titre de champion depuis 1999.
Avec ce nouveau titre, le troisième en cinq ans, les Spurs ont rejoint les Boston Celtics, les Los Angeles Lakers et les Chicago Bulls, les autres franchises à avoir remporté quatre titres dans l'histoire de la NBA.
"Ça ne vieillit jamais, ça ne vieillit jamais!", s'est enthousiasmé l'emblématique joueur des Spurs Tim Duncan, qui contrairement à 1999, 2003 et 2005 n'a pas été élu MVP des finales, laissant cet honneur au Français Tony Parker, premier Européen à remporter ce trophée.
"C'est incroyable. Un tel parcours, une telle journée, une super bande!", a ajouté Duncan.
Et un cinquième titre l'année prochaine semble tout à fait dans les cordes des Spurs avec des joueurs comme Parker, Manu Ginobili et Duncan. L'entraîneur Gregg Popovich et les Spurs, vainqueurs des quatre finales NBA qu'ils ont disputées, ont passé une grande partie des playoffs à essayer de démontrer qu'ils ne devaient pas être considérés comme une dynastie.
Mais avec des titres en 1999, 2003, 2005 et 2007, il n'y a plus aucune raison de prétendre qu'ils n'en constituent pas une.
Jeudi, Parker a marqué 24 points et Ginobili 27, dont 13 dans le dernier quart-temps.
"Je ne veux pas m'arrêter là", a souligné Parker. "Je veux encore gagner. Il n'y a que ça qui compte. Quand tu es sportif, tu as soif de victoire. Aujourd'hui, mon souhait est de réaliser un back to back (NDLR: deux titres d'affilée). Cette année 2007 est en tout cas incroyable. Je suis All Star, je remporte le titre NBA tout en étant MVP des finales et le 7 juillet, je me marie. Cette année 2007, je vais m'en souvenir toute ma vie."
Dans les dernières secondes de la plus belle saison de Cleveland, Duncan, au centre du terrain, a levé les bras en triomphe et les autres Spurs ont dansé autour de leur pivot.
Leur route vers le titre a été plus chaotique que les années précédentes. Ils ont souffert en défense au cours de la première partie de la saison avant de trouver un équilibre. En playoffs, ils ont battu Denver, Phoenix et Utah pour remporter le titre de la Conférence ouest et ont ensuite étrillé les Cavaliers.
Les derniers instants du 4e match ont été trépidants, les Spurs ayant besoin de chaque lancer-franc pour contenir les Cavaliers, auteurs d'un beau baroud d'honneur. Cleveland a entamé le dernier quart-temps par un retentissant 11-0, prenant la tête pour la première fois en deuxième mi-temps au cours de ces finales, sous l'impulsion de son leader LeBron James, à 7:55 de la fin du match. Cleveland a pris les devants 63-60, mais c'est à ce moment là que Duncan et ses compères ont montré qu'ils étaient les champions et ont repris les commandes notamment grâce à une grosse présence de Duncan et un panier à trois points de Fabricio Oberto qui leur a permis de mener 72-66 puis de s'imposer.
C'est la huitième fois depuis la création des finales NBA en 1947 qu'une équipe remporte le titre sans avoir perdu un match en finale.
Quand Parker a reçu son trophée de MVP, sa future épouse, l'actrice Eva Longoria, a éclaté en larmes.
"C'est assez incroyable. J'ai du mal à réaliser", a déclaré Parker. "Trois titres en cinq ans, c'est exceptionnel. On rentre dans l'histoire. Et puis j'ai ce bébé (le titre de MVP) entre les mains. Je ne vais pas le lâcher de la soirée. C'est vraiment un truc de malade. Je ne trouve pas les mots pour expliquer ce que je ressens. MVP des finales, c'est Magic Johnson, Michael Jordan. Jamais je n'aurais pu imaginer un jour rejoindre ces légendes du basket."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celtic77
Joueur D'Or
Joueur D'Or


Masculin
Nombre de messages : 3163
Age : 48
Localisation : 77
Votre Equipe Préférée : PARIS SG RENNES NANTES
Loisirs / Emploi : SPORT MUSIQUE CINEMA
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Basket   Ven 15 Juin - 22:00

SAN ANTONIO / TONY PARKER :

« Exceptionnel »
Ludovic LANGUET - vendredi 15 juin 2007 - 11h35

Champion NBA avec San Antnio pour la troisième fois et MVP des finales face à Cleveland, Tony confie sa joie et sa fierté. « C’est assez incroyable, résume le meneur des Spurs. J’ai du mal à réaliser ».


Tony, que représente ce troisième titre NBA ?
C’est assez incroyable. J’ai du mal à réaliser. Trois titres en cinq ans, c’est exceptionnel. On rentre dans l’histoire. Et puis j’ai ce bébé (Ndlr :le titre de MVP) entre les mains. Je ne vais pas le lâcher de la soirée. C’est vraiment un truc de malade. Je ne trouve pas les mots pour expliquer ce que je ressens. MVP des finales, c’est Magic Johnson, Michael Jordan. Jamais je n’aurais pu imaginer un jour rejoindre ces légendes du basket.

Mais en retrouvant Cleveland, une équipe qui t’a souvent réussi, tu n’y avais pas pensé ?
J’en avais parlé à mon père avant le premier match. Je lui avais dit que j’avais envie de dominer cette finale, que c’était à mon tour de prendre les choses en mains. Je sentais que je pouvais marquer cette finale de mon empreinte. Mais entre le penser et le réaliser, il y a une énorme différence. Finalement, ces shoots importants, j’ai réussi à les mettre.

C’est plus fort que toi, tu es obligé de te fixer des objectifs pour avancer…
C’est le seul moyen pour progresser. Le jour où je me contente de ce que j’ai, j’arrête le basket. Depuis que j’évolue sur les parquets, j’ai toujours fait en sorte de devenir meilleur chaque saison. J’ai parlé de la NBA, puis du titre, puis du All Star Game, puis d’une deuxième sélection et pour finir, de play-offs réussis de bout en bout. Mais MVP des finales, c’était très, très loin. Pour moi, il n’y avait que Tim Duncan qui pouvait obtenir cette distinction.

Désormais, que peux-tu espérer ?
Je ne veux pas m’arrêter là. Je veux encore gagner. Il n’y a que ça qui compte. Quand tu es sportif, tu as soif de victoire. Aujourd’hui, mon souhait est de réaliser un back to back. Cette année 2007 est en tout cas incroyable. Je suis All Star, je remporte le titre NBA tout en étant MVP des finales et le 7 juillet, je me marie. Cette année 2007, je vais m’en rappeler toute ma vie.

_________________

FV LIVE EST FAIT POUR VOUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
supermaman
Co-Administrateur
Co-Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4115
Age : 50
Localisation : savoie
Votre Equipe Préférée : marseille
Loisirs / Emploi : foot
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Lun 18 Juin - 18:50

Villeurbanne: Wilson débarque

18/06/2007 - 16:18 Vu à Cholet voilà deux saisons, Lamayn Wilson s'est engagé avec l'Asvel pour le prochain exercice. Cet ailier américain de 27 ans, solide scoreur (il tournait à 16,9 points de moyenne dans les Mauges en 2005/2006), portait les couleurs de Cantu en Italie la saison dernière (9,2 points de moyenne).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mar 19 Juin - 4:13

Basket-NBA - Diaw :«Une bonne saison quand même»



De passage lundi dans nos locaux, Boris Diaw revient sur le nouveau titre de champion remporté par les San Antonio Spurs avec Tony Parker, sur la saison de sa formation des Phoenix Suns et sur sa production personnelle. Concernant l'équipe de France qui jouera le Championnat d'Europe en septembre prochain, le capitaine des Bleus admet qu'il sera difficile de décrocher le titre continental.

«Boris Diaw, comment avez-vous vécu le titre de Tony Parker ?

C'est vraiment génial et fabuleux pour lui surtout avec le titre MVP décroché au bout. Ce qu'il a réalisé force le respect. Je suis allé voir le premier match de la finale à San Antonio contre Cleveland, puis j'ai suivi le reste à la maison. C'était fabuleux. TP a été bon durant tous les play-offs et a crevé l'écran lors de la finale. A l'Ouest, les Spurs avaient vraiment les moyens de remporter le titre dès l'instant où il se sont baladés lors de la saison régulière. Il n'y avait finalement pas grand chose à faire contre une telle armada.

Comment qualifiez-vous la saison des Suns ?

On a effectué une bonne saison avec cette place de deuxième à l'Ouest. Nous avons remporté plus de matches en saison régulière que l'an passé. Nous sommes tombés ensuite en play-offs en demi-finale de Conférence face aux San Antonio Spurs, les futurs champions en titre. On a perdu la série 4-2 en lâchant des matches à la maison qu'on aurait peut-être pu gagner. Nous devons effectuer quelques réglages sur le plan défensif et apprendre à mieux gérer le tempo d'un match en continuant de jouer vite en contres. Au final, il ne nous a pas manqué grand chose. Mais c'est vrai qu'à l'arrivée, nous sommes quand même un peu déçus. C'est le seul petit hic même si ce n'est pas forcément un mauvais résultat que de perdre contre une équipe comme San Antonio.

Comment qualifiez-vous votre production personnelle cette saison ?

J'ai fait aussi bien que l'an passé et j'ai essayé d'aider l'équipe du mieux possible, de répondre aux attentes de mon coach. Et comme je le fais habituellement, je me suis mis au service du collectif.

Qu'avez-vous pensé de la liste de Claude Bergeaud pour le prochain Euro ?

Le sélectionneur a composé une équipe complémentaire pour que les joueurs ne se marchent pas dessus.

Estimez-vous l'équipe de France capable d'obtenir le titre de champion d'Europe du 3 au 16 septembre en Espagne ?

Cela va être difficile. Il y a beaucoup d'équipes capables d'aller au bout, six ou sept formations qui ont le niveau pour remporter le titre. L'objectif, c'est d'aller le plus loin possible et d'obtenir notre sésame pour les Jeux Olympiques de Pékin. Ce sera un challenge à relever. On tentera en tous les cas de faire mieux que les années passées.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Mer 20 Juin - 21:26

Basket - NBA - Transferts - Theus à Sacramento


Selon le site internet du quotidien Sacramento Bee, Reggie Theus est parvenu à un accord avec les dirigeants des Sacramento Kings pour devenir le nouvel entraîneur de l'équipe première.

Theus, 49 ans, entraînait jusqu'à présent l'équipe universitaire NCAA de New Mexico State.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
judoka-69
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7047
Age : 46
Localisation : Casablanca
Votre Equipe Préférée : Lyon
Loisirs / Emploi : nouvellement directeur commercial/ foot, judo/rugby/bowling/tennis
Date d'inscription : 14/01/2007

MessageSujet: Re: Basket   Ven 22 Juin - 23:20

Basket - Pro B -Transferts - Darnauzan à Poitiers


Le meneur, capable également de jouer arrière, Thomas Darnauzan, s'est engagé pour une saison et une optionnelle avec Poitiers. Le finaliste de la Coupe de France, perdue avec Nanterre cette saison, ne sera pas la seule recrue à venir gonfler les rangs du nouveau club entraîné par Ruddy Nelhomme. Le jeune et prometteur intérieur Gary Florimont, 20 ans, a été prêté par Cholet.



Basket - Pro A - Transferts - Dessarzin à Dijon


L'entraîneur suisse Randoald Dessarzin est le nouvel entraîneur de la JDA Dijon (ProA). L'information a été officialisée lors d'une conférence de presse organisée par le club bourguignon vendredi. Le Suisse succède ainsi à Jacques Monclar, licencié au mois de mai et sera très certainement assisté de l'adjoint de ce dernier, Jean-François Evert. Après quatorze saisons avec le club de Boncourt, avec lequel il a remporté deux titres de champion et a participé à plusieurs reprises aux coupes européennes, Dessarzin sera chargé d'apporter un souffle nouveau au club dijonnais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lacaillera59
Joueur D'Or
Joueur D'Or
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1846
Age : 31
Localisation : CHEMINOTS CITY
Votre Equipe Préférée : PSG ET VAFC
Loisirs / Emploi : cuisinier
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Basket   Sam 23 Juin - 19:35

Dessarzin à Dijon

L'entraîneur suisse Randoald Dessarzin
est le nouvel entraîneur de la JDA Dijon (ProA). L'information a été
officialisée lors d'une conférence de presse organisée par le club
bourguignon vendredi. Le Suisse succède ainsi à Jacques Monclar,
licencié au mois de mai et sera très certainement assisté de l'adjoint
de ce dernier, Jean-François Evert. Après quatorze saisons avec le club
de Boncourt, avec lequel il a remporté deux titres de champion et a
participé à plusieurs reprises aux coupes européennes, Dessarzin sera
chargé d'apporter un souffle nouveau au club dijonnais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lacaillera59
Joueur D'Or
Joueur D'Or
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1846
Age : 31
Localisation : CHEMINOTS CITY
Votre Equipe Préférée : PSG ET VAFC
Loisirs / Emploi : cuisinier
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Basket   Sam 23 Juin - 19:36

Roanne jouera bien à Clermont

L'ULEB a donné jeudi une issue favorable à la requête de Roanne
concernant la prochaine Euroligue. La Chorale, ne disposant pas d'une
salle assez grande pour accueillir la compétition européenne, disputera
ses matches à domicile à Clermont-Ferrand, comme elle l'avait demandé
le 13 juin dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Basket   

Revenir en haut Aller en bas
 
Basket
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jeu de management de basket
» Place du Basket Français au niveau du Basket Mondial
» Liège Basket 2008' 2009'
» Belgacom Liège Basket - Dexia Mons Hainaut - mercredi 22/09
» Pétition pour la création d'une chaine Basket +

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FVL - Soccer :: Archives FVL :: Corbeille & Archives 2006 / 2007 :: Parlons Des Autres Sports :: Tout Les Sports-
Sauter vers: